Afrique Foot Tanzanie : Azam sacré champion

AZAM_JOIE_220414C’est la grande surprise dans le football tanzanien. Azam a bousculé la hierarchie pour s’imposer à la tête du classement de football de 1ere division alors que les premiers rôles ont été partagés par Simba SC et Young Africans depuis 1989 (à l’exception de 1999 et 2000 qui avaient consacré Mtibwa Sugar).

Crée en 2007, le club a accédé en Premier League lors de la saison 2008/2009. Huitième la première année, il a ensuite terminé deux fois troisième puis deux fois deuxième avant de coiffer tout le monde cette saison réalisant l’exploit de demeurer invaincu tout au long de l’année avec, pour tableau de chasse 18 victoires et 8 nuls. S’il avait entamé le championnat avec un nul contre Mtibwa Sugar, il l’a terminé sur une large victoire sur JKT Ruvu Stars par 3 buts à 0.

Il est vrai que le club a les reins solides puisqu’il est l’enfant du Bakhresa Group qui réunit plus de deux mille employés dans de multiples secteurs d’activités industrielles et commerciales, qui génère un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de millions de dollars, qui rayonne en Afrique du Centre et de l’Est dans une dizaine de pays.

La consécration d’Azam, le club la doit peut-être à son entraîneur camerounais Joseph Marius Omog arrivé à mi-championnat en novembre 2013 en remplacement de l’Anglais Stewart Hall. L’ancien joueur du Dragon de Yaoundé venait de passer deux saisons à la tête de l’AC Léopards de Dolisie conduisant l’équipe à son premier titre national au Congo puis à une victoire aussi inédite qu’inattendue dans la Coupe de la Confédération Orange en 2012 suivie l’année dernière d’une place en phase de poules de la Ligue des champions. Auparavant, il avait notamment pendant deux années été l’adjoint de l’Allemand Winfried Schäfer à la tête des Lions Indomptables du Cameroun.

« Nous avions décidé de faire l’histoire, nous l’avons fait », déclarait heureux le numéro deux d’Omog, Kali Ongala, un ancien joueur qui avait terminé sa carrière il y a quatre ans en Suède.

 

Les adversaires d’Azam, l’année prochaine en Ligue des champions Orange, sont prévenus. Le club tanzanien ne devra surtout pas être négligé.

C’est la grande surprise dans le football tanzanienne. Azam a bousculé la hierarchie pour s’imposer à la tête du classement de football de 1ere division alors les premiers rôles ont été partagés par Simba SC et Young Africans depuis 1989 (à l’exception de 1999 et 2000 qui avaient consacré Mtibwa Sugar).

Crée en 2007, le club a accédé en Premier League lors de la saison 2008/2009.Huitième la première année, il a ensuite terminé deux fois troisième puis deux fois deuxième avant de coiffer tout le monde cette saison réalisant l’exploit de demeurer invaincu tout au long de l’année avec, pour tableau de chasse 18 victoires et 8 nuls. S’il avait entamé le championnat avec un nul contre Mtibwa Sugar, il l’a terminé sur une large victoire sur JKT Ruvu Stars par 3 buts à 0.

Il est vrai que le club a les reins solides puisqu’il est l’enfant du Bakhresa Group qui réunit plus de deux mille employés dans de multiples secteurs d’activités industrielles et commerciales, qui génère un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de millions de dollars, qui rayonne en Afrique du Centre et de l’Est dans une dizaine de pays.

La consécration d’Azam, le club la doit peut-être à son entraîneur camerounais Joseph Marius Omog arrivé à mi-championnat en novembre 2013 en remplacement de l’Anglais Stewart Hall. L’ancien joueur du Dragon de Yaoundé venait de passer deux saisons à la tête de l’AC Léopards de Dolisie conduisant l’équipe à son premier titre national au Congo puis à une victoire aussi inédite qu’inattendue dans la Coupe de la Confédération Orange en 2012 suivie l’année dernière d’une place en phase de poules de la Ligue des champions. Auparavant, il avait notamment pendant deux années été l’adjoint de l’Allemand Winfried Schäfer à la tête des Lions Indomptables du Cameroun.

 

« Nous avions décidé de faire l’histoire, nous l’avons fait », déclarait heureux le numéro deux d’Omog, Kali Ongala, un ancien joueur qui avait terminé sa carrière il y a quatre ans en Suède.

 

Les adversaires d’Azam, l’année prochaine en Ligue des champions Orange, sont prévenus. Le club tanzanien ne devra surtout pas être négligé.

Publié par Franck OROCOTI pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com