Afrique Au Brésil 2014, un journaliste a besoin entre 5 et 7 millions de FCFA pour s’en sortir

Le responsable des opération médias de la coupe du monde 2014 au Brésil, le Français Alain Leiblang a révélé ce lundi à Baku, en marge du 77e congrès de l’association internationale de la presse sportive (AIPS-MONDE), que « pour bien couvrir le mondial brésilien, un journaliste aura besoin de pas moins de 10.000 et au moins, 15.000 dollars ». 

alain leiblangSoit une somme globale entre 5 et 7 millions de FCFA. Ce qui selon le responsable des médias de la FIFA pour ce dit mondial s’explique par le fait que : «  si le Wifi, l’internet est libre pour tous et partout, pour les autres services, il faudra payer pour s’en servir ».

Parmi ceux-ci, la restauration, le transport personnel, l’hébergement…entre autres.

Dans un autre cadre, M. Leiblang a rappelé l’importance pour tous les journalistes accrédités «  de répondre à cette invitation et d’honorer  son accréditation. Car le quota ayant été sélectif, il ne faudrait pas que certains  privilégiés, puissent empêcher à d’autres capables de remplir les conditions de couverture de ne pas y aller ».

En fait au cas où, « un pays n’aurait pas honoré son voyage après avoir bénéficié d’accréditations, la FIFA ne le prendra plus en compte lors du prochain mondial. Où, tout simplement son quota sera fortement revu à la baisse », dira M. Leiblang.

Pour lui «  ils sont entre 20 à 30% journalistes soit prés de 300 journalistes accrédités à ne pas être au mondial 2010 en Afrique du Sud. Ce qui a été une grosse perte dans les investissements ».

Ce qui fait dire au responsable média de la coupe du monde 2014 : « certainement les  16.000 journalistes, techniciens et photographes accrédités dont 3500 de la presse écrite, 900 photos reporters et environ 12.000… répondront en juin ».

 ( De notre envoyé spécial à Baku, Azerbaidjan)

Publié par Oumar DIARRA pour Africa Top Sports

OumarouATS