France Fait divers: un entraîneur de tennis français accusé de viols sur ses élèves

C’est l’actualité qui  fait le buzz  depuis lundi. Un entraîneur du club de tennis de Levallois-Perret a été placé en garde à vue lundi 5 mai. Il est soupçonné d’une série de viols sur ses anciennes élèves, mineures. Henri Leconte, entraîneur du club, s’est dit « outré » et « abasourdi ».

JupeD’après Leparisien.fr, un entraîneur de tennis des Hauts-de-Seine est en garde à vue depuis le 5 mai, soupçonné de plusieurs viols sur certaines de ses anciennes élèves, âgées d’une dizaine d’années. D’après RTL, le suspect de 48 ans est connu du monde du tennis et entraîne des espoirs du sport au Levallois Sporting Club (LSC), affilié à la Fédération française de tennis. L’ancien joueur français Henri Leconte, actuellement président de la section tennis du LSC, a été interrogé comme témoin dans cette affaire. « En tant que père je suis outré. En tant que président de l’association sportive de Levallois, je suis abasourdi. Je ne le connaissais pas du tout, a réagi Henri Leconte au micro de LCI. Il faut rebondir, on est une équipe soudée. Laissons faire à la justice. »

Les faits

En mars, une information judiciaire a été ouverte après qu’une première victime a porté plainte. Depuis, deux autres victimes se sont manifestées et ont rapporté aux enquêteurs des faits similaires à ceux relatés par la première victime. L’homme aurait commis, entre 1999 et 2001, plusieurs « viols et agressions sexuelles » sur l’une de ses anciennes élèves, âgées de moins de 15 ans au moment des faits. Il est également soupçonné d’avoir agressé sexuellement et violé, à plusieurs reprises, deux autres adolescentes de moins de 18 ans, entre 2001 et 2005.

« Au moment des faits qui lui sont reprochés, il ne travaillait pas à Levallois, mais à Sarcelles« , a précisé Isabelle Balkany, première adjointe au maire de Levallois-Perret. « Il est arrivé chez nous en 2008 et a toujours travaillé dans notre club avec son épouse. Il n’y a jamais eu la moindre plainte contre lui« , a-t-elle ajouté.

Le suspect évoque des relations sexuelles consenties

D’après les policiers, le suspect serait un « prédateur sexuel », « manipulateur », qui avait une forte emprise sur ses jeunes élèves. Une source judiciaire a ainsi précisé que « les victimes ont gardé le silence pendant des années car elles se sentaient sous son emprise« . Arrêté lundi par la brigade de protection des mineurs de la PJ de Paris, le suspect nie les viols et évoque des relations sexuelles consenties avec ses anciennes élèves. Il devait être déféré devant le parquet ce mercredi matin.

Ce nouveau scandale dans le monde du tennis surgit près de trois mois après la condamnation en appel de Régis de Camaret. Le 11 février, l’ancien entraîneur de tennis était condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour les viols de deux pensionnaires mineures de son club de Saint-Tropez. « J’ai honte et je demande pardon« , avait-il déclaré en clôture de son procès.

 

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports