Afrique Mondial 2014 – Matuidi : « Je ressens énormément d’excitation »

article_matuidiIndiscutable au PSG, Blaise Matuidi (20 sélections) l’est également devenu dans l’entrejeu de l’équipe de France. A 27 ans, le milieu de terrain international fait l’unanimité. De bon augure avant la Coupe du monde au Brésil. Arrivé mercredi à Clairefontaine pour préparer le Mondial brésilien, le tricolore d’origine angolaise est passé ce vendredi au traditionnel point presse. Le milieu du PSG attend sereinement la Coupe du monde, même s’il ne cache pas que l’événement le motive au plus haut point…

« Je retiens surtout que je viens de vivre une saison plutôt réussie. Je me sens vraiment bien, d’autant que, dans la gestion du groupe au PSG, j’ai été préservé durant quelques matches. Je ne ressens aucune pression particulière, au moment d’aborder ce stage. La maturité me permet de l’évacuer. Par contre, je ressens énormément d’excitation, avec l’envie de tirer la France vers le haut et d’aider l’équipe à gagner, » a confié l’ancien Stéphanois avant d’évoquer son statut chez les Bleus. « Je ne suis pas une star dans ce groupe. Le sélectionneur a dû choisir 23 noms et j’ai eu la chance d’en faire partie, mais je ne me sens pas indispensable. Avec la sélection, je me sens de mieux en mieux, c’est vrai, mais il ne faut pas s’arrêter là. En équipe de France, tout va très vite et il faut rester constamment concentré. Il y a des jours où, forcément, je me sentirai moins bien. Je travaille en conséquence pour en subir un minimum le contrecoup. »

L’international français a aussi ajouté : « On a une ligne d’attaque de niveau international ! Notre numéro 9 (Benzema) va jouer la finale de la Champions League avec le Real Madrid. Franck (Ribéry) a failli décrocher le Ballon d’or. Loïc (Rémy) marque beaucoup dans un championnat difficile (la Premier League). Pareil pour Antoine (Griezmann) en Liga… Et Mathieu (Valbuena) délivre de nombreuses passes décisives. On est très contents d’avoir des attaquants de ce calibre-là. On espère qu’ils seront tous au top en arrivant au Brésil. Cette compétition, on y pense tous les jours. Le plus dur, c’est de ne pas faire les matches avant. Il faut arriver au sommet de notre forme le 15 juin, jour de notre premier match (contre le Honduras, ndlr). »

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com