Athlétisme Championnats d’Afrique: le duel Okagbaré-Ahouré en plat de résistance

course (Copier)

Sept finales sont au programme du second jour de compétition des 19è Championnats d’Afrique d’Athlétisme à Marrakech. Des empoignades épiques sont à prévoir, notamment sur 100 mètres entre les médaillées mondiales Blessing Okagbaré et Murielle Ahouré.

Après avoir brillé sur la scène mondiale en 2013 (médailles d’argent sur 100 et 200 mètres pour Ahouré, bronze sur 200 pour Okagbaré), l’Ivoirienne et la Nigériane ont une question de suprématie continentale à trancher. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux reines du sprint ont d’ores et déjà marqué leur territoire en prenant les meilleurs temps des demi-finales en 11.19 et 11.20 respectivement. L’affrontement en finale va faire des étincelles.

A la perche, les Tunisiennes Cyrine Balti et Dorra Mahfoudhi vont tenter de rééditer leurs performances de 2012 en décrochant une place sur le podium. Et comme il y a deux ans, une sud-africaine sera aux premières loges pour les contrarier, en la personne de Deone Joubert.

Deux autres matchs à distance Côte d’Ivoire-Nigéria sont au programme avec la finale du 100 mètres haies féminin et 100 mètres masculin. Meilleur temps des demi-finales Okou-Bodjohi semble avoir la faveur des pronostics mais Nichole Denby, en embuscade, est bien décidée à tirer son épingle du jeu. Idem entre l’Ivoirien Koffi (3ème en 2012) et Mark Jelks avec le tenant du titre Simon Magakwe comme arbitre de luxe.

La finale du lancer du disque masculin devrait réserver un scénario similaire à la dernière édition : Les deux sud-africains Hogan et Tucker devront en découdre avec la fine fleur du lancer égyptien, Fathy Yasser. Décidément gâtée en cette journée synonyme de moisson potentielle, la nation arc-en-ciel peut réaliser un triplé inédit au saut en longueur avec Mokoena, Visser et Samaal.

Enfin, le 5000 mètres féminin devrait donner une énième occasion à l’Ethiopie et au Kenya de se disputer le règne du demi-fond.

De notre collaborateur à Marrakech, Farouk Abdou