Autres Sports Madagascar : Le Rallye Boeny en long et en travers

1 (1) (Copier)

Les animateurs du Championnat de Madagascar des Rallyes se sont déplacés à Mahajanga ou Majunga – aussi appelée la Cité des Fleurs – sur le West Side de la Grande Ile pour le 3è round. Olivier Ramiandrisoa sur une Subaru Impreza WRX-STI s’est imposé sur cette manche atypique dont voici les faits marquants.

La première grande surprise de ce 10è Rallye du Boeny – mais est-ce vraiment une – est arrivée bien avant le départ, lors de la publication de la liste des engagés, avec l’absence du nom de Mathieu Andrianjafy pourtant annoncé sur une nouvelle voiture, une Peugeot 208. Son engagement a été réfusé tout simplement parce que sa voiture, une SWAP, n’est pas autorisée à défaut d’une étude particulière du cas, une étude de cas qui ne pourra avoir lieu qu’en fin de saison. Et c’est quoi une SWAP ? Pour faire simple, c’est une voiture dont la caisse et le moteur sont issus de voitures différentes. En tout cas cette absence n’a pas manqué d’alimenter les discussions dans le petit monde du rallye.

Rivo Champion de Madagascar 2014 ?

Jeudi 14 Août. 31 équipages se sont elancés pour l’unique spéciale de la première journée. Une spéciale marqué par l’abandon de Ndrianja Rajemison (Subaru) sur une casse moteur. De même, ce n’est pas encore sur cette manche que la Mitsubishi Evo8 de Mamy Kely Rajoelisolo et la Renault Clio de sitraka Rakotomalala franchiront la ligne d’arrivée. Mais surtout la Clio de Herizo Rakotozafy s’est ensablée dans un passage très étroit. Jardinage et poussette n’y changeront pas grand-chose. Resultats, une quinzaine de voitures sont restées bloquées derrière et n’ont pas pu boucler la spéciale. Et c’est le coup de théâtre quand cette première spéciale est purement et simplement annulée – alors qu’il y avait déjà des écarts significatifs entre les favoris qui ont pu finir la spéciale- et le tronchon incriminé est transformé en liaison pour le reste de la compétition. Une décision qui a fait des vagues.

Le lendemain, le rallye a perdu l’un de ses grands favoris avec le retrait de Boom Patrick Solofonirina (Mitsubishi EvoX) sur un problème de pivot. Mais Olivier devait rester sur ses gardes jusqu’au bout car le surprennant Rivo Randrianarivony (Subaru) et de Titi Rabekoto (Subaru) étaient en embuscade. Samedi, au terme de 3 jours de course, le Champion de Madagascar 2012 remporte sa deuxième victoire consécutive de l’année. Rivo termine deuxième à 2 minutes 50 secondes pour son 3è rallye. Il est en train marcher sur les traces d’un autre ancien motard, Sitraka « Sissi » Rakotomanga, sacré Champion de Madagascar dès sa première saison de reconversion en rallye. Titi complète le podium.

Les « Africains » à leurs aises.

La grande particularité de ce rallye de Boeny est sa condition de course. La fraicheur et la laterite des hauts plateaux font place à la chaleur torride et au sable. Ce qui l’apparente aux rallyes de l’Afrique de l’Est. Ceci expliquant peut être cela, les voitures et les hommes qui ont déjà pris part aux joutes africaines s’en sont plutôt bien sortis. La Subaru de Rivo est celle avec laquelle Jean Yves Ranarivelo a remporté la Tanzanie et le Rwanda en 2011. Sur l’Impreza utilisée par Mathieu lors de la finale du Pirelli Star Driver 2009, Tahina Razafinjoelina a finit 8è du général. Freddy Rakotomanga également présent sur le continent en 2011 a ramené son 4X4 Isuzu Dmax à la 6è place finale malgré un souci reccurent de rotule.

L’équipage Gérard Louvel et Teddy  Rahamefy (Mitsubishi Evo6) est l’exception qui confirme la règle. Le premier est un ancien du Bandama et le second compte à son actif 2 rallyes africains en tant que compétiteurs et 5 en tant que membre de staff technique. Mais cela ne suffit pas quand la mécanique ne veut pas suivre.

1

Un rallye taillé pour les 4 roues motrices pourrait-on être tenté de croire. Pas forcement, Tovonen Rakotojohary et sa Renault Clio ont réussi à s’immiscer dans le Top 5. De retour dans les compétitions malgaches après une quinzaine d’années d’absence, Andréa Galuppi sur une Peugeot 306 ferme le top10. Jouvelin Razanaparany a prouvé que ça reste « jouable » même avec une Citroën Saxo de moins n’de 1600cm3 de cylindrée. Dans cette catégories, en plus d’être talentueux Hariandry Razakaboana et Mahent’s Randriambololona sont … beaux gosses, et ils l’assumment fièrement, mais il leur a peut être manqué la chance. Le régional de l’étape Nanou Ratovoarivony (Renault 19) ferme le classement en 17è position.

Juste devant Nanou on retrouve Mamy Beta Randriamahazomanana qui a dompté une lionne, icône du rallye africain qu’est la Peugeot 504 avec à ses côtés la charmante Andreana Lou. Cette dernière est l’une des représentantes des « Women in Motorsports » chère à Sylvia Vindevogel et Sandy Solofonirina à l’arrivée au même titre que la toute aussi charmante Rova « MiniSten » Raharinosy qui a navigué son père Stenio. L’équipage de charme Alcazaria Raharinosy et Wyllicia Rakotomalala (Peugeot 205) n’est pas passé sous le drapeau à damier.

Danielson, vainqueur à l’applaudimètre.

Et le public ? Malgré une température qui a dépassé allégrement les ° (en Ferheinet), l’ambiance était assez fraîche au PC du rallye. Peut être, faute d’animations mais aussi à cause des heures de passage qui coincident avec les « heures de plage ». Par contre, dans les villages traversés par les spéciales, les habitants sont sortis pour saluer les concurrents, avec des commentaires qui fleurent bon le Kalizy (tchatche à la sauce majungaise). Et à l’applaudimètre et au « kalizymètre » – à défaut de notes artistiques-, c’est Haja Danielson au volant de son 4X4 GreatWall Wingle 5 qui l’emporte haut la main. Son style de pilotage très généreux a été très apprécié. Dites c’est quand le prochain concours de saut Team So6 ?