Côte d'Ivoire Non démarrage de la saison: L’appel de l’AFI aux clubs et à la Fédération

AFI

Le football ivoirien est à l’arrêt. Deux mois que ça dure. Annoncé pour le 04 octobre, le démarrage de la saison 2014-2015 reste un mystère. Les experts se perdent en conjectures, quand le désespoir gagne des inconditionnels du football local. Bien malin qui pourra prédire le coup d’envoi de la prochaine cuvée. A l’origine de ce blocage, la problématique de la nouvelle formule (mixte) envisagée, initialement, par la Ligue; les revendications financières des clubs non encore satisfaites etc.

Entre rencontres musclées Ligue-clubs, conférences de presse enflammées, passes d’armes par médias interposés, le ballon rond a quitté son temple habituel pour animer les galeries. Déjà sous perfusion, le football ivoirien traverse une zone de turbulences sans précédent.

Heureusement, le Comité exécutif de la Fédération se réunit ce mardi 11 novembre, « pour analyser la situation qui prévaut actuellement(…) et rencontrer, ensuite, les clubs pour trouver une solution définitive à leurs revendications« . Une note d’espoir, qui ressort de la dernière conférence animée par M. Pierre-Gondo (porte-parole de la FIF), et que l’AFI souhaite voir convertir en réalité.  Comprenant la démarche des clubs, mais consciente également de l’impact désastreux qu’une prolongation de cette crise pourrait avoir sur les footballeurs et le football en général, l’association plaide en faveur d’une solution rapide dans l’intérêt supérieur de notre sport roi.

Autrement, alors que certains clubs, faute de ressources, ont dû mettre les joueurs au repos ou à tout le moins réduire les séances d’entraînement, il faut craindre que tous ces athlètes et autres acteurs, qui n’ont que le football comme source de revenus, ne restent longtemps dans le dénuement.

Aussi, faut-il tenir compte de la situation du Séwé Sport, héroïque finaliste de la Coupe CAF, qui se trouve visiblement handicapé par ce blocage.
Cela suppose une posture moins radicale et un souci de concession et de consensus, de la part des parties prenantes, une fois à la table des discussions.

De notre collaborateur en Côte d’Ivoire, Emgey Martial

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports