Autres Sports Rallye : Chaynes et Comas, les nouveaux rois de l’Afrique

1 (1)

Gary Chaynes est  le nouveau roi du rallye africain. Le Petit Prince du rallye ivoirien a remporté le titre continental lors du Rallye International de Madagascar (RIM) les 7, 8 et 9 Novembre.

Course frustrante

Le Champion de Côte d’Ivoire et son copilote Romain Comas de Miranda à bord de leur Mitsubishi Lancer EvoX se sont littéralement promenés durant cette dernière manche, sachant d’avance qu’il leur suffisait de rallier l’arrivée pour ravir le titre, quel que soit le résultat de leur ultime adversaire, à savoir le pair Mohammed Essa et Gareth Dawe qui a remporté le classement ARC sur cette manche malgache mais il leur a manqué au final un point pour donner à la Zambie une troisième couronne après ceux de Jassy Singh en 2013 et de … Mohammed Essa en 2012. La couronne est allée prendre la direction du Pays des Eléphants pour la 4è fois, 27 ans après le 3è sacre du légendaire Alain Ambrosino. 27 ans c’est aussi l’âge de Gary. « C’était une course très frustrante. Il y avait beaucoup de pressions car il fallait finir à tout prix(…) on n’a pas cherché à réaliser des chronos, on a roulé vraiment au pas mais on n’est jamais à l’abri d’un souci car les spéciales ont parfois été très dures. Dieu merci on est à l’arrivé. Franchement, je suis très soulagé d’être là » a avoué le tout nouveau Champion d’Afrique.

Le public malgache n’a pas donc eu droit au duel tant attendu entre les deux meilleurs pilotes africains du moment. Toutefois, Essa (Subaru Impreza) n’a pas ménagé ses efforts pour arracher la victoire scratch aux pilotes locaux bien décidés à garder le Trophée au Pays des Baobabs. Le Zambien a failli arriver à ses fins sans une escapade dans une rizière lors de la 14è spéciale sans gros incident mais qui lui a fait perdre beaucoup de temps. Il doit se contenter de la deuxième place sur ce rallye et du titre de dauphin au Championnat d’Afrique : « Je suis très content même si on n’a pas remporté le titre », a déclaré Essa « j’ai beaucoup apprécié l’organisation, impeccable, et la passion du public ».

Les pilotes malgaches ont du talent

Très fair play, Essa n’a pas manqué de féliciter son ami Chaynes pour le titre. Les deux pilotes sont d’accord sur un point : Les pilotes malgaches ont du talent et ils aimeraient bien les voir en Afrique en 2015. Côté malgache justement, c’est »Boom » Patrick Solofonirina (Mitsubishi EvoX) qui est allé chercher la victoire finale avec une avance de 5 minutes 40 secondes sur Essa. Boom s’impose ainsi pour la deuxième fois au RIM après 2012. Un record depuis l’intégration de l’épreuve au Championnat d’Afrique. Selon Berthin Randriamihaingo, le copilote de Boom : « La victoire malgache sur ce rallye était une affaire d’honneur nationale. On peut très bien aller batailler contre les « continentaux » sur leur terrain mais tout est question de soutien ».

2 (1)

Le vainqueur de l’édition 2013, Olivier Ramiandrisoa (Subaru), déjà sacré champion de Madagascar 2014, tenait la 3è place avant de sortir de la piste dans la spéciale 12. Andro Randrianarivony hérite alors du deuxième accessit. Le premier podium de sa carrière pour le pilote de la Subaru N12B. Une sacrée performance vu que ce pilote de quad s’est reconverti au rallye depuis seulement le début de saison. Seul 19 équipages sur les 35 au départ ont bouclé la totalité du parcours. Rova Raharinosy, qui a navigué son paternel Stenio (est la seule fille à l’arrivée, 15è sur une Peugeot 106.

La pluie tombée en début de semaine a rendu les pistes très glissantes et assez cassantes à certains endroits. Beaucoup en ont fait les frais comme Mathieu Andrianjafy, contraint à l’abandon dans l’ES5 sur une surchauffe moteur, le radiateur et l’intercooler de sa Mitsubishi étaient obstrués par de la boue. Iannis Pardon (Citroën Saxo T4) s’est fait aussi surprendre dans la 14 :  « Plus de frein au mauvais endroit, sans prévenir, le comble avec un accélérateur bloqué. On ne pouvait rien faire à part éviter les spectateurs. Un caillou a dû heurter le flexible de frein qui s’est vidé tout le long de la ligne droite la plus rapide du rallye et au moment de freiner plus rien. Dommage pour toute l’équipe qui a bossé dur ».

C’était encore plus dur pour les voitures à deux roues motrices. Sitraka Rakotomalala émerge toutefois du lot et s’invite dans le top 5 au volant de sa Renault Clio, à seulement 10 secondes de la 4è place occupé par Thierry Louis Rabekoto (Subaru). Tovonen Rakotojohary également sur Clio pointe en 6è position devant Gérard Louvel (Mitsubishi Evo6). A la 8è place on retrouve Freddy Rakotomanga et son pick up Isuzu Dmax vainqueur de la catégorie T2, celle des voitures tout terrain. Haja Danielson sur le pick up Great Wall Wingle5 n’a pas, pour la première fois, rallié l’arrivée.

Lanto (Peugeot 306) et Fidinera Rasetarivelo ferment le top 10. Et Gary ? Juste à la porte de la Top 10. Le Championnat se gagne aussi dans une bonne gestion de course.