Autres Sports Rallye : Un Africain au Championnat du Monde ?

1 (3)

Gary Chaynes est le nouveau Champion d’Afrique des Rallyes. Un Champion unanimement reconnu pour son talent exceptionnel et qui mérite bien de disputer un Championnat plus important comme le Championnat d’Europe ou le WRC2, la ligue 2 du Championnat du Monde en attendant de monter dans la catégorie reine.

Ce n’est pas pour dire de mal du Championnat Africain, loin de là mais le niveau dans les championnats sus cités est beaucoup plus élevé. Et un titre ou un bonne performance permet beaucoup plus de se faire repérer par des grandes équipes ou des éventuels gros sponsors.

Outre la « faible » concurrence, en terme de quantité, le Championnat d’Afrique – très exigeant en temps et en finance – souffre d’un manque de visibilité (de notoriété ?). Le titre ARC n’ouvre pas de porte vers d’autres horizons. Depuis Conrad Rautenbach, aucun Champion ou autre représentant du continent n’a eu l’opportunité de faire ses preuves sur des manches du WRC, quelle que soit la catégorie. Pourtant, les statistiques montrent que sur la totalité de sa campagne africaine en 2014, Gary Chaynes a été plus rapide, en terme de vitesse moyenne, que Conrad lors de ces deux années de sacre que ce soit en 2011, où il a piloté une Ford S2000 ou en 1997 l’année du « Conrad Slam » (doublé Safari – titre ARC). Et Gary peut encore réaliser un exploit inédit, le doublé ARC et Championnat de Cote d’Ivoire, jamais réalisé même par le triplé Champion d’Afrique Alain Ambrosino.

Ce ne sont pas les jeunes pilotes talentueux qui manquent. Pour ne citer que les Essa, Jassy Singh, Rajbir Raï. En 2013, les Polonais ont exhorté Yves Matton, le Manager de Citroën de « Mettre Kubica – alors fraîchement sacré Champion WRC2- dans une vraie WRC ». Peut être qu’il est temps que les Africains s’unissent pour envoyer un jeune pilote Africain en WRC.

Cela commence par le fait de convaincre les entreprises panafricaines pour les soutenir. Ce qu’a fait la SOTICI pour Chaynes est fort louable. Il y aurait juste 3 ou 4 qui en fassent autant et le WRC ne sera plus du domaine de l’utopie. On dit que le budget de Essa est pratiquement le dixième de celui de Chaynes, présentant le Zambien comme le David face au Goliath Ivoirien même si le dénouement de l’ARC 2014 diffère de l’issue du combat dans les Ecritures Saintes. C’est tout à l’honneur de Essa qui s’est battu jusqu’au bout, mais s’il y a une leçon a tirer de ce duel c’est surtout que le soutien des mécènes est très important.

Outre une bonne visibilité au niveau mondial, ces mécènes auront contribué à donner une image de l’Afrique autre que la famine, la guerre ou l’Ebola.