Europe France-Transferts suspects: Pape Diouf se dit victime d’un acharnement

Pape diouf nvo

Pape Diouf, tout comme d’autres dirigeants ou anciens dirigeants de clubs français, a été gardé à vue 36 heures dans le cadre de l’affaire dite des transferts suspects. Remis en liberté mercredi, l’ancien président de l’OM ne sera pas poursuivi. Mais Pape Diouf a tout de même voulu éclaircir les choses dans une conférence de presse qu’il a organisée jeudi. Une rencontre au cours de laquelle le Franco-sénégalais dit ne rien se reprocher.

« Je n’ai rien à me reprocher. En 36 heures, je suis incapable de vous donner la moitié d’un grief qui m’aurait été fait. Les policiers ne m’ont présenté aucun document signé par moi, ou propos, ou virement, ni rien que je doive expliquer. J’ai surtout servi de pédagogue aux policiers, pour expliquer comment fonctionnait un club professionnel, les transferts », a déclaré Pape Diouf.

Par ailleurs, il se demande s’il n’est pas victime d’un acharnement en raison de ses propos sur différents scandales.

« J’en suis à me demander si l’on ne me cherche pas des noises pour avoir dénoncé à un moment donné les quotas dans le foot, pour avoir commenté la prestation de l’équipe de France lors de la Coupe du monde au Brésil et plus récemment pour avoir alerté sur les propos de Willy Sagnol ».

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com