Autres Sports Rallye historique du Sénégal: La première pour Mondron

1 (4)

Après le Safari Classic et le Maroc Historique, le Sénégal vient de lancer cette année le Rallye Historique du Sénégal dont la première édition qui s’est déroulée du 22 au 26 Novembre a été remportée par le Belge Jean Pierre Mondron sur une Porsche 911. 

Bien avant le Paris Dakar, lancé par le regretté Thierry Sabine en 1979, le Sénégal avait, depuis les années 1960, un grand rallye qui, certes, n’avait pas l’aura du Safari ou du Bandama mais qui était couru par les grand constructeurs français qui n’ont pas hésité à y dépêcher des équipages « officiels ».

La crise pétrolière au début des années 1980 a mis fin à cette belle aventure. Une trentaine d’années plus tard, l’épreuve renaît de ses cendres, à l’initiative de J.A Collard entouré de quelques passionnés. Les organisateurs ont concocté un joli programme pour les concurrents à travers de magnifiques sites sur les rives l’Atlantique comme la magnifique réserve de Bindia.

Parti le Dimanche 23, les concurrents devaient boucler un parcours long de 1400kms dont 550 face au chrono alternant spéciales classiques (Terre) et circuit (Asphalte) jusqu’à l’arrivée final à Dakar le Mercredi 26. 20 équipages (à très grande majorité belge) ont pris le départ à Tène Toubab dans la région de Thiès à l’est de Dakar. Pour la plupart des gentlemen drivers ou des riches amateurs mais qui abordent la compétition comme des vrais pros.

Le Français François Léthier sur une Peugeot 504 V6 est  le premier à s’installer sur le fauteuil de leader du rallye. Pas pour longtemps car les Belges et leurs Porsche vont succéder pour l’y déloger à commencer par André Lausberg avant même la fin de la première journée. Mais un problème d’embrayage lors de la  l’oblige à céder sa place à Jean Michel Martin le lendemain. Ce dernier va perdre une vingtaine de minutes et tout espoir de victoire dans l’avant dernière étape, à cause d’une roue arrachée. Jean Pierre Mondron hérite alors du commandement.

2

Au départ de la dernière journée, Mondron, associé au très expérimenté Stéphane Prévot, ne comptait que 23 secondes d’avance sur son compatriote Patrick de Frahan. Ce dernier est parvenu à renverser la vapeur au terme des 3 spéciales de la matinée, mais dans le dernier tour lors de l’ultime spéciale sur le Circuit de Dakar, la Porsche verte a pris feu suite à souci de carburateur. Mondron a conjuré le mauvais sort  qui semblait s’acharner sur les leaders successifs, en retrouvant la tête de la course à la fin de journée, également fin du rallye. Il est le premier en être surpris : « ce fut un merveilleux rallye ! j’étais le premier étonnée de passer en tête avant cette dernière étape. Ce matin, nous n’avons pas voulu prendre de risques excessifs car, à certains endroits il y avait vraiment moyen de casser la voiture. Au final, c’est le destin qui nous offre cette victoire ».

Grands animateurs de la troisième journée, l’équipage suisse Stephan Meyers – Marc Desiebenthal monte sur le premier accessit à plus de 4 minutes du vainqueur. Auteur d’une course très régulière le duo belge Albert Michiels – Tomas Van den Berg complète un podium 100% Porsche.

Les Belges Gilles Binels et Sylvie Lagouche terminent premier équipage non Porsche à la quatrième place à bord d’une Ford Escort Mk2 Groupe4, devant les anciens leaders Martin et Lethier.

13 équipages ont rallié l’arrivée dont Alexandre Leens et Marie Michiels de Belgique sur une petite Austin Mini Cooper S. Malgré tout, tous les concurrents ont apprécié cette course à l’image des locaux Guy Chriqui et Philippe Thiolat qui se sont bien amusés sur leur Peugeot 504 : « Pour nous, ce rendez-vous ne fut qu’un concentré de bonheur à l’état pur. Des paysages extra, de pistes splendides et une ambiance géniale (…) J’ai déjà eu l’occasion de prendre par plusieurs fois au Maroc et même au Safari Classic avec des Citroën DS et SM. Ce rallye du Sénégal Historique viendra compléter la liste et je crois que c’est une épreuve qui est appelée à grandir, car les possibilités sont énormes ».

Collard et son équipe s’y attèlent déjà : « avant tout, je tiens à remercier tous les équipages et l’ensemble de l’équipe d’organisation (…) Sportivement, le suspense est resté intacte jusqu’au bout avec un incroyable mano à mano. Nous allons nous employer à améliorer tous les points de détail et les petits dysfonctionnements afin d’offrir une édition 2016 digne des plus grands rendez-vous de la discipline… »