Clubs Benzema: « Ben Arfa, Menez, Nasri n’ont pas fait les sacrifices pour rester en sélection »

karim-benzema équipe de france

Karim Benzema, Jeremy Menez, Hatem Ben Arfa et Samir Nasri étaient les quatre joueurs clés autour desquels s’était constituée en 2004 une solide équipe de France U17 devenue championne du monde cette année-là. Mais onze ans plus tard, seul l’attaquant du Real Madrid fait encore parler de lui, les autres ayant disparu des radars. Benzema donne son avis sur eux.

Interrogé longuement à ce sujet par le Parisien, Karim Benzema n’a pas été tendre avec ses anciens partenaires en U17. Pour justifier leur absence chez les Bleus, le natif de Bron explique que Ménez, Nasri et Ben Arfa n’ont pas fait les sacrifices nécessaires pour perdurer chez les Bleus. « Ils ont le talent, mais peut-être n’ont-ils pas fait les sacrifices pour rester en sélection. Les sacrifices, c’est trois fois rien. C’est ne rien dire quand on subit les réflexions ou des critiques. Moi, on peut me tuer, je ne dirai jamais rien. J’en ai tellement pris ! Mais je sais qu’il ne faut pas répondre même si c’est difficile, même si c’est dur, même si ça fait mal à la tête. J’espère qu’ils reviendront un jour en sélection », a-t-il expliqué sans langue de bois au quotidien.

Pour mémoire, il faut dire qu’en termes de critiques, Karim Benzema n’a jamais été épargné par les médias et par l’opinion publique, aussi bien pour son refus de chanter la Marseillaise que pour sa longue période de disette en équipe de France entre le 5 juin 2012 et le 12 octobre 2013 (1222 minutes sans marquer).

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports

3 Commentaires

  1. En attendant , un capitaine qui ne chante pas la Marseillaise , la si on te critique c’est normal!

  2. Céline
    Tu confonds sport et politique. Amicalement

  3. Céline, dans le passé on avait un capitaine et pas n’importe lequel, un certain Michel Platini qui ne chanter pas la marseillaise et pourtant on ne la jamais critiquer. Au passage ce n’etait pas le seul.

Comments are closed.