Afrique La CAF se plie, malgré elle, à la décision du TAS concernant le Maroc

Hayatou nvo

Sévèrement sanctionné par la Confédération Africaine de Football (CAF) à la suite de son refus d’organiser la CAN 2015 pour cause de virus Ebola, le Maroc a porté l’affaire devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui a annulé la quasi-totalité des sanctions à lui infligées par la CAF le 02 avril dernier. Ce dimanche 5 avril, l’instance dirigeante du football continental s’est réunie et a officiellement réagi. Elle se plie à la décision du TAS, mais la mort dans l’âme.

Voici l’intégralité du communiqué qui a sanctionné la réunion du Comité exécutif de la CAF :

« La Caire, 5 avril 2015.  Réuni ce jour au Caire, le Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football (CAF) a pris acte de la décision rendue par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS),  le 2 avril 2015 dans l’affaire portée devant cette instance par la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF).

Le Comité Exécutif constate que le TAS «a estimé, sur le fond que la Fédération Royale Marocaine de Football ne pouvait se prévaloir d’un cas de force majeure dans la mesure où l’épidémie d’Ebola ne rendait pas impossible l’organisation de la CAN au Maroc». En plus, le TAS admet  que la FRMF est responsable de la violation de l’article 7 alinéa 1 a) des statuts de la CAF.

Il faut rappeler que le Comité Exécutif de la CAF, dans sa décision prise le 6 février 2015 à Malabo, avait déjà mentionné que le cas de force majeure allégué par la FRMF, ne saurait être retenue en sa faveur.  Et que, la Fédération Royale Marocaine s’était rendue coupable de la violation de l’article 7 alinéa 1 a) des Statuts de la Caf.

Le TAS est donc arrivé aux mêmes conclusions que le Comité Exécutif de la CAF mais a décidé de d’annuler partiellement les sanctions prises.

Il est à noter également que le TAS considère la non-participation du Maroc à la CAN 2015 comme une sanction. Or, la sélection nationale A du Maroc était qualifiée pour cette CAN parce que le Maroc était pays hôte de la compétition. Une qualification perdue donc automatiquement du moment où le pays renonce à organiser le tournoi.

La CAF, qui a adhéré à l’autorité de la juridiction du TAS,  s’est engagé à en appliquer les décisions et se conformera à cet engagement, malgré les contradictions observées dans la décision rendue ».

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com