Afrique Organisation CAN 2017: Les atouts de la candidature du Gabon

11144766_10203910635827660_1372282874_o

Peu avant son départ pour le Caire où il assistera ce mercredi 8 Avril 2015 à la désignation par les membres du Comité ExécutIf de la CAF du pays qui organisera la 31e CAN suite au désistement de la Libye qui avait initialement été retenue, Pierre-Alain Mouguengui, le Président de la FEGAFOOT s’est prêté aux questions de nos confrères de www.fegafoot.com. Lecture.

Monsieur le Président, pourquoi cette candidature du Gabon, sachant que la CAN 2019 sera organisée en Afrique Centrale et que la Guinée-équatoriale a été pays organisateur de substitution en 2015 ?

D’abord, je dois préciser que la candidature du Gabon pour organise la CAN 2017 a été déposé bien avant que la CAF ne demande à la Guinée-équatoriale de remplacer le Maroc pour 2015. Notre candidatuture a été déposé juste après le désistement de la Libye, elle n’a donc aucun rapport avec la Guinée-équatoriale qui a pallié au retrait du Maroc, ce pays n’a jamais déposé sa candidature pour organiser la CAN 2015……à partir de ce moment, l’on ne peut pas mettre la CAN 2015 pour le compte d’une zone. Maintenant, la proximité de 2015, 2017, 2019 au Cameroun ne peut pas être un argument qui tient pour que le Gabon ne puisse pas organiser en 2017.

Pour ceux qui ne le savent pas, la CAF compte six zones de développement , et si l’on tient compte du nombre de CAN organisées par zone, la zone centre est défavorisée. En 30 éditions, chaque région devrait avoir organisé au moins 5 fois.En dehors de 2012 et 2015 par substitution pour la Guinée-équatoriale,la zone centre a organisé en 72,donc si le Gabon organise en 2017 et le Cameroun en 2019,je pense que ce n’est qu’une manière d’harmoniser le nombre d’éditions de la CAN par rapport aux 6 zones.

Et les faiblesses de la candidature gabonaise ?

Dois-je parler de faiblesses ? J’ai dis que nous avons été plébiscité en 2012, mais vous savez, toute oeuvre humaine est par essence imparfaite, elle est appelée à s’améliorer et  nous allons regarder en interne ce qui ne nous a pas satisfait nous-mêmes pour pouvoir les améliorer. Donc, je promets, je dis au nom des autorités, au nom des Gabonais que la CAN 2017 sera mieux que la CAN 2012 que nous avons organisé et qui a connu un  succès, au risque de me répéter vos confrères de la presse internationale l’ont reconnu.

Avec 16 pays en 2017, le format de la compétition change par rapport à 2012 qui comptait 8 équipes. Qu’en est-il des stades et des villes supplémentaires ?

Oui, bonne question. Le format change pour le Gabon qui va organiser, non pas une demie-can mais une CAN à 16.

Le cahier de charges de la CAF est connu, il nous faut 4 stades et 4 sites. Nous avons déjà Libreville et Franceville et nous aurons également Port-Gentil  et Oyem.

Pour les stades à Oyem et Port-Gentil, le problème ne se posera pas. Nous avons pris des dispositions pour qu’au moment opportun, ces stades dont vous faites allusion soient livrés à temps réel et nous jouerons effectivement sur ces stades-là.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com