Afrique Andre Bodjongo Ebossé: « mon fils a été assassiné »

eboss

L’affaire Albert Ebossé est loin d’être terminée. Le décès en août 2014 de l’attaquant camerounais de la JSK en Algérie n’est toujours pas élucidé. Sa famille perd d’ailleurs espoir mais réclame tout de même justice. Dernier cri de détresse de son père Andre Bodjongo sur les ondes de la BBC.

« Ce n’était pas une pierre. Ce n’était pas une attaque cardiaque. Mon fils a été assassiné » a-t-il déclaré jeudi dans l’émission Sportshour. « Depuis que mon fils est mort, ni le président de JS Kabylie, ni les autres joueurs de l’équipe ne m’ont envoyé leurs condoléances. Personne du club ne m’a appelé. Personne. »

Les premières analyses indiquent qu’Ebossé est décédé des suites de violents coups à la tête et le joueur aurait longuement essayé de se défendre. C’est sur cette base que sa famille réclame justice et demande que les responsables soit jugés. « Je veux que justice soit rendue. Les instances mondiales du football doivent faire en sorte que le football reste un sport et ne devienne pas une guerre« , a conclu Andre Bodjongo.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com

Un commentaire

  1. Comme par hasard, les camerounais viennent à la rescousse de Hayatou après l’attribution scandaleuse de la CAN à son ami BANGO.. Preuve supplémentaire de vos magouilles!

Comments are closed.