Afrique [exclu] Daré Nibombé, ex international: « On continue par jouer avec le feu au Togo »

dare

La sélection nationale du Togo est désormais loin derrière lui. S’il ne l’a toujours pas annoncé officiellement, Daré Nibombé ne portera plus la tunique des Eperviers. A plus de 80 sélections, il reste l’une des références en défense centrale.

En Belgique où il réside, l’ancien défenseur de Mons nous a accordé une interview exclusive dans laquelle il parle de sa carrière, des prochaines éliminatoires de la CAN 2017 et des problèmes qui minent le football au Togo. Et ça tacle !

La CAF  a dévoilé mercredi les groupes des éliminatoires de la CAN 2017. Quelle appréciation faites-vous du tirage au sort ?

On remarque que tout le continent, et même avec la scission du Soudan, participera à la compétition. Sur les 13 groupes, les B, D, E, sont équilibrés; C, F, H, I, J, K, L ont leurs favoris tandis que G et M sont très relevés. Tout cela reste de la théorie et les verdicts du terrain nous donneront d’autres issues.

Forcément un groupe vous intéresse particulièrement, celui du Togo. Que peut-on en dire ?

En effet, le groupe A m’intéresse, avec un calendrier élaboré en faveur du Togo avec 2 premiers adversaires modestes. Mais on ne doit pas oublier que le Swaziland compte le Togo parmi ses rares  victoires et que le Tchad, le Kenya, le Botswana,  le Malawi et récemment l’Ile Maurice nous ont poussé à des contres performances. Tout ceci pour vous illustrer comment ces 6 dernières années, les Eperviers voyagent mal.

Le format de la compétition ne qualifie que les premiers et les deux meilleurs seconds de tous les groupes. Cela ne complique t-il pas la tâche quand on sait que la Tunisie part favorite.

Oui ça nous complique un peu la tâche,  mais on restera dans l’ombre de la Tunisie et croyez moi les Eperviers sont mieux ainsi. Pour espérer une place dans ce groupe, il faut faire un carton plein à la maison et revenir avec  4 points des déplacements…, peut-être que ça suffira.

Les Eperviers n’étaient pas à la dernière CAN et n’ont toujours pas de sélectionneur. C’est inquiétant ?

C’est très grave à 60 jours près du premier match qu’une sélection nationale n’ait pas  son coach mais ce n’est pas nouveau au Togo. Je veux bien penser qu’on peut se qualifier mais je ne crois pas. J’argumente. La nomination tardive du coach empêchera ce dernier d’aller observer ses adversaires pour une analyse profonde avant les oppositions. La méconnaissance du coach  de son propre groupe et le schéma tactique à mettre en place pour contrer les adversaires en fonction des joueurs qu’on dispose ou qu’on veut disposer pour animer son propre système. Comment gérer les joueurs  en cette fin de saison pour les maintenir frais pour la compétition en fonction du temps de jeu de chacun.

Didier Six était nommé 3h avant le coup d’envoi Guinée-Bissau – Togo (ndlr préliminaires Coupe du monde 2014), Tchakala Tchanilé, 3 jours avant Guinée – Togo au Maroc en éliminatoires de la CAN 2015…… On continue par jouer avec le feu (rires).

daree

Visiblement, ce n’est pas seulement sur le terrain que le Togo manque ses participations à la CAN !

Pas du tout, ce qui se passe sur le terrain ces derniers temps ne sont que des reflets  de tous les manquements. Dans quelques jours, aller faire un tour sur le site de la fédération tunisienne de foot pour vous rendre compte que les joueurs savent déjà dans quel hôtel ils dormiront à Lomé, Monrovia et à Djibouti plus le planning durant toute la compétition. Nous, on attend les derniers moments pour décider, du coup nous seront obligés de passer par Alep ou Kobane en Syrie pour rejoindre Djibouti ou au pire des cas, forcer la main au chef de l’Etat pour prendre son avion privée (rires).

Avant la campagne de la CAN2015, les attentions et les préparations à tous les niveaux pour déchoir le président Gabriel Ameyi étaient plus importants que tout. Pour entamer les préparatifs de la CAN 2017, c’est Antoine Folly qui est la cible à abattre avec son comité de Normalisation. On oublie l’essentiel ou de faire le bon choix pour avancer. Ne voyez-vous pas qu’il y a trop de similitudes dans les événements qui réduisent une fois nos chances de qualification?

Vous y croyez à une qualification pour le Gabon ? Que faut-il pour assurer de bonnes éliminatoires ?

Nous ne sommes et ne seront pas préparés pour une éventuelle qualification. Même le Soudan du Sud qui est le néophyte de cette nouvelle campagne sait dans quel sens il va aller et quelles seront leurs  ambitions. Nous, on n’a pas encore pansé nos plaies pour s’organiser à tirer dans le sens du progrès. Pour ce qui devrait être notre unique et dernier match avant le 14 juin (ndlr : amical contre l’Ile Maurice le 28 mars dernier), l’équipe n’était pas au complet pour des raisons capricieuses ou farfelues et qui resteront sans sanctions. Dans quelle sélection voit-on encore ca? Je n’ai pas de leçon à donner mais je souhaite bonne chance à l’équipe.

Depuis votre départ, la défense semble être le gros chantier de la sélection. Pourquoi la relève n’arrive pas à prendre le relais ?

C’est la problématique dans les sports collectifs. Si le travail d’ensemble n’est pas fait sur le terrain comme il faut, c’est la défense qui en pâti. Chez les Eperviers,  le mal se situe plutôt dans la complaisance des choix de joueurs. Les nouveaux (Sabah, Amevor, Damessi, Koné, Dossevi, etc) sont encore trop tendres et n’ont surement pas suffisamment prouvé dans leur club pour mériter de porter la tunique jaune. Hier, c’était les Senah Mango, Jonathan Tokplé, Guillaume Brenner, Assimiou Touré qui se sont brûlés les ailes en arrivant trop tôt. Et dans notre sélection, on a aussi trop de joueurs du même profil. Avec le recul, j’ai constaté qu’on ne doit pas associer Bossou et Sadate (Ouro-Akoriko) dans l’axe de la défense car des deux joueurs, aucun ne maitrise l’autre.

adenibom

Offensivement, ce n’est pas non plus la joie. Le Togo a marqué 7 buts en 6 matchs des éliminatoires de la CAN 2015.

C’est aussi vrai. Le chef de fil Emmanuel Adebayor est encore dans une phase de turbulences en club et ça influence ses performances en  sélection. Mais on ne va pas lui jeter la pierre. Gakpe, Jonathan Ayité, Wome, Atakora, Floyd Ayité doivent reprendre le flambeau en attendant que toute la bande d’attaque retrouve le niveau qui était les leur.

Que devient Daré Nibombé? Doit-on toujours dire international togolais ou ancien international togolais ?

Nibombé est un joueur de promotion (D4) en Belgique depuis la rétrogradation du RBDB (Royal Bossu Dur Borinage) pour des raisons financières. Je revenais aussi d’une opération au tendon d’Achille mais je vais mieux.il faut pas être un devin pour savoir qu’avec les Eperviers c’est du passé même si aucune déclaration n’est encore officielle.

On sait que vous préparer depuis quelques mois des diplômes d’entraineur. L’ambition c’est de devenir dans un avenir proche sélectionneur des Eperviers du Togo ?

Je dirai plutôt dans un avenir lointain (rires). Je suis en formation pour devenir coach et il me faut 5 années pour y arriver si tout va bien. Je suis motivé et j’apprends beaucoup pour y arriver. D’ici là, j’espère que les  mentalités vont changer au Togo et qu’il y aura plus de responsabilité dans les actes que nos dirigeants poseront pour le meilleur devenir de notre football.

Que retenez-vous de votre longue carrière (en sélection et en club) ?

Si le RAEC Mons (champion de D2 belge en 2005) a été mon premier club pro, j’ai atteint le pic à Timisoara en Roumanie (2 fois vice-champion, finaliste de la Coupe de Roumanie, play-offs Ligue des champions, Europa league). Avec les Eperviers, j’ai joué à plus de 80 reprises avec deux participations à la CAN en 2006 et 2013 et une mémorable Coupe du monde 2006 en Allemagne.

Mon plus grand regret reste mon court séjour à Armenia Bielefeld en D2 allemande. Après 4 matchs, je me suis blessé. J’ai découvert aussi les 4 coins du monde (Azerbaïdjan, Malaisie, Iran) à travers le foot et tout ça m’a procuré du plaisir. Aujourd’hui, quand je regarde mon parcours dans le rétroviseur, je peux m’estimer heureux.

 

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com