Afrique Beach Soccer: comprendre les règles du jeu avant le début de la CAN

beachsoccer

Huit équipes, Sénégal, Côte d’Ivoire, Egypte, Ghana, Madagascar, Maroc, Nigeria et Seychelles (pays organisateur) s’apprêtent à disputer le 7e Championnat d’Afrique de Beach soccer (14 au 19 avril). Différent du football à 11 et du futsal, le football de plage est doté de lois du jeu spécifiques à connaître pour bien suivre la compétition. Ci-dessous quelques règles à connaître pour mieux suivre la compétition.   

Trois périodes de 12 minutes
Les matches de Beach soccer sont divisés en trois périodes de 12 minutes de temps réel de jeu, séparées par deux pauses de trois minutes. Le chronomètre est arrêté quand il y a but, faute, blessure, ou lorsque les arbitres estiment qu’une équipe tente de gagner du temps. Si le ballon est en jeu, la période se prolonge jusqu’à la fin de l’action en cours. 

Le match nul n’existe pas
Un match de Beach soccer ne s’achève jamais sur un nul. En cas d’égalité, le règlement prévoit une prolongation de trois minutes. Si la parité persiste, l’issue est déterminée par une séance de tirs au but, qui présente, elle aussi, une particularité : les gagnants empochent deux points au lieu des trois attribués à une victoire obtenue dans le temps réglementaire. Les perdants ne marquent rien. 

Remplacements illimités
Chaque équipe entame le match avec cinq titulaires – un gardien et quatre joueurs de champ – et sept remplaçants. Elle dispose d’un nombre illimité de changements. Tous les remplacements, y compris celui du gardien, peuvent intervenir pendant une action de jeu et s’effectuent dans une zone délimitée. C’est un aspect clé de la stratégie de jeu. 

Sanctions disciplinaires
Un joueur exclu sur double avertissement ou carton rouge n’est remplacé qu’au terme d’une période de pénalité de deux minutes. Contrairement au futsal, le remplaçant peut entrer en jeu avant ces deux minutes si son équipe encaisse un but en infériorité numérique. Il n’y aucune limite concernant le nombre de fautes qu’un joueur peut faire. 

Spécificités du gardien
Le gardien évolue librement, ballon en main, dans sa surface de réparation qui, à la différence des autres disciplines du football, s’étend d’une ligne de touche à l’autre. Comme tous les joueurs, il dispose de cinq secondes pour remettre le ballon en jeu, mais il ne peut le faire qu’avec les mains. Il n’est cependant pas autorisé à marquer un but de la main ou en dégageant à la volée. Soulignons qu’il lui est interdit de réceptionner de la main une deuxième passe consécutive d’un de ses coéquipiers si un adversaire n’a pas touché le cuir entre-temps. En cas d’infraction à cette règle, un coup franc est accordé à l’équipe adverse.


Coup franc – très – direct

Toutes les infractions sont sanctionnées par un coup franc direct sans mur adverse. On ne fait pas plus direct… Le ballon est placé à l’endroit où la faute a été commise, sauf s’il y a penalty, tiré du point de penalty, retard à jouer le ballon, deuxième passe au portier ou remise en jeu du pied par le gardien, auxquels cas le coup franc se frappe depuis la ligne médiane. Notons que le coup franc doit être exécuté par le joueur qui a subi la faute, sauf s’il en est empêché par une blessure.


Sans oublier…

Contrairement au football à 11, mais comme au futsal, il est interdit de marquer sur le coup d’envoi et le hors-jeu n’existe pas. Ultime particularité du Beach soccer : les remises en touche peuvent être effectuées au pied ou à la main.

Avec Cafonline.com

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com