Afrique Aliou Cissé: « Plus de 600 joueurs sénégalaise sélectionnables dans le monde »

aliou-cissé
L’invité du  » Club de la Presse » de l’association nationale de la presse sportive ( ANPS)  ce vendredi à Dakar, Aliou Cissé le nouveau sélectionneur national des Lions a révélé que « son dernier périple en Europe lui a permis de répertorier ou de constater que c’est un effectif de plus de 600 joueurs sénégalais sélectionnables qui existe dans le monde« .

A en croire Aliou Cissé: «  Aucune place n’est garantie à qui que ce soit dans cette équipe sénégalaise. Il faudra se battre, travailler et prouver que l’on mérite d’être sélectionné« .

Parce que soutient-il: « partout dans le monde, il y a de bons joueurs sénégalais sélectionnables et capables d’apporter un plus au groupe. Un peu plus de 600 joueurs Ce qui a fini de démontrer que la seule star est l’équipe. Le groupe« .

Dans un autre cadre, sur sa gestion en tant que telle du groupe, Aliou Cissé dira que: « tout sera important, mais le plus dans tout cela ce sera le facteur temps. Car au Sénégal ou en Afrique on a l’habitude de vouloir aller très vite. Alors que les grandes équipes se construisent dans le temps. Et le vécu et l’expérience s’octroient dans la durée »

Pour Aliou Cissé donc, «  c’est un mandat de 4 ans qui lui a été donné. Ce sera pour construire les bases d’une équipe solide capable de gagner quelque chose en Afrique dans les années à venir« .

Aliou cissé entouré de Tony Sylva, Mayacine mar et Koumé de l'ANPS

Avant de rappeler pour ce qui est du système de jeu qu’il mettra en place: « Je ne suis pas figé. Je développe. Ce qui est important ce sont les joueurs  qu’on a  et qui peuvent intégrer un système. C’est la réalité d’un  match qui imposera un système donné. Que ce soit le 4 – 4- 2 ou le 4-3-3. Pour les gardiens, même si Tony Sylva en tant que préparateur principal est là, c’est moi qui prends les décisions. Coundoul est là, mais d’autres viendront le suppléer. C’est dans la suite des matchs que nous aurons un aperçu global de ce qui devrait être fait. A ce niveau aussi, il faut travailler pour gagner sa place« .

Sur les adversaires de poules du Sénégal pour les éliminatoires de la CAN 2017 à savoir le Burundi, le Niger et la Namibie, le patron de la tanière se veut sans ambages: « On va continuer  à travailler ensemble pour arriver à ce match. On va le plus rapidement possible sortir le meilleur onze possible,  pour bien entamer ces éliminatoires face au Burundi. En 2002, on a eu un bon groupe. Mais, le plus important c’est de savoir maitriser son sujet et éviter de penser que nous sommes supérieurs« .

Avant d’ajouter  » Le Burundi on ne le prend pas à la légère. Même si on a une base et que  les deux amicaux m’ont permis d’avoir un aperçu plus clair du groupe. L’aspect mental sera important. Je le dis chaque jour aux joueurs. Car il n’est pas facile de jouer pour son équipe nationale en Afrique« 

Donnant des exemples il dira :  « Eto’o, Weah, El Hadji Diouf se sont sacrifié pour leurs sélections nationales. Ici en Afrique c’est autre chose. Les terrains,  les pelouses, les arbitres et autres ne sont pas les mêmes qu’en Europe. Dés lors, il faut être prêt. Je connais le foot africain et j’en ai parlé aux jeunes« .

Et pour la supervision des adversaires , sans être bavard, il dira :  » on travaille là-dessus. Mais on ne peut pas en parler comme çà. Nos adversaires, on les regarde, ils nous regardent. Donc, il faut savoir par exemple que les Burundais aiment le foot et jouent bien aussi. Et avec l’instabilité là  bas, ils vont être très motivés. Valable,  pour toutes les autres équipes à savoir le Niger, la Namibie ».

Publié par Oumar DIARRA pour Africa Top Sports

OumarouATS