Afrique Algérie : La Ligue de Football revoie la décision sur le recrutement des joueurs étrangers

algérie

La décision relative à l’interdiction de recrutement des joueurs étrangers n’est pas définitive. Les dirigeants du football d’Algérie pourront revoir cette décision. C’est ce que le président de la Ligue de football professionnelle a affirmé à Radio Algérie internationale : « La FAF a pris cette décision pour permettre une meilleure réorganisation du recrutement du joueur étranger. Si d’ici au mercato d’hiver, il y aurait une réelle volonté de la part des clubs pour améliorer les conditions d’engagement d’un étranger, la décision sera levée » a indiqué Mahfoud Kerbadj.

Samedi dernier, en session ordinaire, les membres de la Ligue professionnelle de football ont pris la décision de supprimer le recrutement des joueurs étrangers.

Cette décision a été prise « compte tenu des difficultés financières, de l’impossibilité d’obtenir des devises légalement pour payer les salaires, indemnités de formation et de solidarité des joueurs étrangers », a expliqué le bureau fédéral, qui a déploré aussi dans ce registre « les agissements de certains agents de joueurs et autres acteurs du football peu scrupuleux ».

Plusieurs mesures seront prises pour permettre aux joueurs étrangers de bénéficier de certains avantages de la part de leur club employeur.

« Plusieurs conditions devront être réunies désormais pour le recrutement d’un joueur étranger : l’ouverture d’un compte bancaire avec l’accord de la banque centrale pour le transfert d’une partie de son salaire à son pays d’origine, un hébergement digne, et surtout prouver que le joueur a bel et bien évolué dans l’équipe première de son pays, quitte à nous ramener les fiches techniques des matchs, car nous n’acceptons plus un joueur qui a porté les couleurs des U-17 ou U-20 de son pays », a souligné Kerbadj.

Dans la foulée de cette décision, certains clubs ont prolongé leurs joueurs, histoire de bénéficier de leur talent. Ce que le président de la LFP a qualifié de faute grave.

« Je qualifie de grande faute le fait de prolonger un joueur étranger, qui dans le cas d’un conflit avec son club, saisira la fédération internationale (FIFA) ce qui porterait préjudice et pour l’équipe et pour la FAF », a expliqué le président de la LFP,  qui a estimé que « la plupart des joueurs étrangers évoluant actuellement en Ligue 1, qui sont au nombre approximatif de 70, n’apportent généralement rien à leurs clubs ».

 

Publié par Franck OROCOTI pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com