Afrique Togo: Congrès statutaire, Eperviers; le Comite de Normalisation dit ses vérités !

12165629_1053651234647772_586510533_o

Le Comité de Normalisation de la FTF (Fédération togolaise de football) était devant la presse ce mercredi. Accompagné du Secrétaire général Ferdinand Amazohoun et du vice-président Assima Kpatcha notamment, Antoine Folly, président du Comité a passé, pendant presque 3h, en revue quelques « sujets brûlants du football » local.

Deux points étaient au menu de cette rencontre. Le prochain congrès statutaire à la FTF et des informations sur les nouvelles dispositions apportées aux statuts de l’institution. Toutefois, Antoine Folly s’est longuement arrêté sur la lettre des Eperviers du Togo qui défraye la chronique depuis le début de la semaine.

Sur la normalisation en général

Cela fait bientôt 11 mois que nous sommes en place et nous avons essayé de réaliser la tâche à nous confiée. C’est très compliqué en raison de l’état actuel de notre football. Il fallait d’abord discuter avec les acteurs et trouver des solutions qui ont entrainé les difficultés des précédents bureaux. Malheureusement, les acteurs ont été réticent à nos appels par moment, mais nous continuons de travailler pour accomplir notre mission. Donc la normalisation est toujours en marche.

Le prochain congrès statutaire

C’est l’une des missions assignées par la FIFA au Comité. Alors nous aurons un congrès extraordinaire le 24 octobre prochain. Il s’agira de l’adoption de 4 textes de la FTF: les statuts, le code électoral, le règlement du congrès et le code éthique. Nous avons introduit quelques réformes pour amorcer un nouvel élan de notre football. Notamment l’alignement des régions administratives du Togo sur les ligues, la démarcation entre le football amateur et celui d’élite (d’où la création d’une Ligue de football d’Elite qui va plus tard laisser sa place à la Ligue professionnelle), l’intégration du football féminin ou encore la restructuration du Comité exécutif de la fédération et la mise en place d’un Tribunal arbitral national. Nous avons proposé ces textes, que nous espérons vont relancer le football dans notre pays, mais il revient au congrès de les adopter ou non.

epp

Le match amical avorté contre l’Egypte et la lettre des Eperviers

Le courrier de Serge Akakpo est légitime, les problèmes évoqués sont bien réels. Il faut dire que la gestion de l’équipe nationale revient certes à la fédération mais la grande partie est assumée par l’Etat.

Sur le match de l’Egypte annulé, nous avons eu l’accord du pays hôte de prendre en charge tout ce qui concerne la logistique au Caire mais il restait à trouver le financement pour les primes de campement et de victoire ou match nul des joueurs. Nous avons adressé un courrier au ministère des Sports pour introduction à celui des Finances. Finalement, on s’est confronté au refus du ministère de sports, ce dernier arguant qu’il était prévu 2 matchs amicaux dans le budget (déjà disputés contre Maurice et Ghana) et qu’il n’y avait plus de fonds disponibles. Face à cette situation et dans la lenteur des dernières discussions, l’Egypte nous a signifié l’arrêt des négociations et a proposé de remettre le match sur une autre date FIFA. C’est dans la lettre des joueurs que nous découvrons aussi que les Eperviers ont accepté de pouvoir disputer des matchs amicaux sans primes. On n’a jamais été mis au courant. Mais désormais nous en prenons acte et les remercions. Ca va surement faciliter nos discussions dans l’avenir.

Sur les équipements, nous convenons que nous n’avons plus de contrat proprement dit avec Puma depuis un an, car la société a décidé de ne plus accompagner le Togo à cause de la mauvaise gestion du précédent partenariat. Notamment Puma a indiqué avoir envoyé à l’ancien bureau 1.800.000 euros d’équipements qui pouvait encore couvrir 3 saisons. Mais à notre arrivée, on n’a jamais rien vu. Les joueurs ont le droit de se plaindre. Les maillots d’hôtel et d’entrainement sont des copies que nous nous procurons chez des prestataires mais les maillots de match ont toujours été des originaux. Actuellement nous avons des discussions commerciales avec Puma pour pouvoir avoir des équipements pour les prochains mois mais dans le même temps, nous discutons avec un autre équipementier pour mettre fin à ce problème.

Au sujet de Kégué, il est préférable de complètement refaire la pelouse. C’est quelque chose qui relève de la compétence de l’Etat. Nous en avons parlé à plusieurs reprises.

 

Sur les dates du match contre l’Ouganda en novembre, malheureusement nos adversaires ont été plus rapides que nous en mettant leur match retour à Kampala sur le 14. Ce qui nous oblige à jouer en aller le 11. C’est clair que ça va poser des problèmes à nos joueurs si certains ont des rencontres dans leur club le week-end précédent. Ce n’est pas foncièrement la faute à la fédération togolaise de football. Mais nous pouvons d’ailleurs vous confirmer que nous avons demandé à la FIFA pour avoir un changement de date. On attend une réponse.

Et au sujet du coach, tout ce qui a été dit dans le courrier ne correspond pas véritablement. L’Etat doit aujourd’hui au sélectionneur et à son staff un mois de salaire impayé (septembre). C’est vrai que les payements connaissent des retards mais tout le staff est bien traité dans l’ensemble.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com