Afrique Mondial 2018- Florent Ibenge : « On va au Burundi pour faire le meilleur résultat possible »

main-florent-ibenge-bonne-710x405

Burundi-RDC est  l’une des vingt rencontres du 2e tour des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. Exemptés du tour préliminaire, les Léopards de la République démocratique du Congo devront au deuxième tour éliminatoire battre les Hirondelles du Burundi pour espérer rester dans la course pour la Russie 2018. Et Florent Ibenge est conscient qu’affronter les Hirondelles du Burundi n’est pas chose aisée.

« On ne doit pas passer à côté de ce match-là. C’est un match très important, c’est comme l’examen d’Etat. Si vous ne l’avez pas, vous ne pouvez pas faire les études supérieures. Donc c’est passage obligé. C’est pour cela les détails de la préparation, de l’organisation sont très importants et on commence déjà à les peaufiner, a confié Florent Ibenge au micro de Radio Okapi.  On a déjà joué contre le Burundi, on a souffert. A chaque fois, on a un derby, c’est toujours difficile de jouer avec les voisins, a-t-il avoué. Le Burundi nous a posé le problème avec les moins de 23 ans (éliminés pour la Can 2015 au Sénégal). Ça montre à suffisance qu’il y a une relève. Donc, ça veut dire qu’ils sont peut-être forts que nous, a poursuivi le coach. On s’en va au match aller pour ne pas galvauder le match retour. On y va pour faire le meilleur résultat possible », a-t-il assuré.

Et en cas de victoire face au Burundi, les Léopards de la RDC feront partie d’un des cinq groupes des éliminatoires où les rencontres s’organiseront en forme de mini-championnat. Les cinq vainqueurs de groupes sont qualifiés pour la phase finale. Et Florent Ibenge à tout prix à qualifier la RDC au Mondial Russie 2018.

«On a tous envie d’y être. C’est depuis 1974 que nous n’avons plus participé à une coupe du monde. Le sommet du football, c’est la coupe du monde. Donc on ne peut ne pas y aller. On est le premier pays d’Afrique noire à y être allé.  Et jusqu’à maintenant, qu’on monte qu’on descend, Zaïre 1974, ça reste dans la mémoire de tous, même chez les Européens. Le maillot Zaïre 1974, jusqu’aujourd’hui on en vend. Les grands acteurs, sportifs en portent encore, comme Yannick Noah (le tennisman franco-camerounais). Il faut qu’on passe au Congo 2018. Il nous faut absolument être en Russie».

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com