Athlétisme Un expert décrypte les maux de l’athlétisme au Togo

268a0745-edb5-4fd1-8e66-475cd3d64c74

Lanwi Karba, expert du comité Olympique allemand (DOSB) et de la Fédération internationale des Associations d’Athlétisme (IAAF) a accordé un entretien à icilomé, site d’informations togolais. Il y évoque notamment les maux de la discipline au Togo.

« Le Togo regorge de beaucoup de talents en athlétisme. Les athlètes togolais excellent bien en fonds et demi-fond dans la sous-région ouest africaine. Le Togo dispose de bons lanceurs et quelques sprinters au centre régional d’athlétisme de Lomé (CRAL) et à Dakar. Mais, comme je le disais plus haut, avec 66 clubs d’athlétisme il devrait avoir plus d’athlètes que ce que le pays dispose actuellement. Quel est le problème pour le décollage et le développement de l’athlétisme au Togo? : Il y a d’abord beaucoup de choses qui manquent à l’athlétisme togolais et à la fédération pour que les performances puissent suivre. Le problème récurrent est celui lié aux finances. La FTA manque de moyens financiers pour amorcer le développement de la discipline. Un autre problème est lié au manque de matériels et de structures sportifs. Nous essayons à chaque fois que l’occasion le permet et que nous arrivons au Togo (dans le cadre des projets de formation et de renforcement des capacités) de combler le manque de matériels sportifs par nos dons diverses au profit de la FTA. Il va falloir que les administrations de la FTA emboitent le pas avec la planification et l’organisation des compétitions des jeunes. Il est aussi important que la fédération mette en place des compétitions au cours de l’année, non seulement des compétitions de jeunes mais de plus haut niveau pour créer certaines émulations pour la performance chez les jeunes athlètes et les professionnels. On ne manquera pas de toujours le dire, on ne peut pas s’entrainer et ne pas faire de compétition. On espère que d’ici peu, les donnes contribueront à l’épanouissement de l’athlétisme au Togo« .

M. Karba est présent au Togo depuis plusieurs semaines. Au menu, des formations des entraineurs fédéraux Niveau 1 et Niveau 2 et la formation des entraîneurs des groupes de disciplines (Sauts, Lancers, et Courses) dans chaque région du Togo.

 

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com