Angleterre [exclu] Newcastle: Seydou Doumbia, « Je dois prendre mes responsabilités »

Doumbia-NUFC8

Il y a une vie en sélection faite de rumeurs en tous genres. Mais aussi et surtout une carrière en club. Depuis le mercato hivernal, c’est à Newcastle que Seydou Doumbia poursuit la sienne dans le cadre d’un prêt avec option d’achat. L’international ivoirien, propriété de la Roma, évoque cette aventure chez les Magpies dans les moindres détails. Les conditions de son arrivée en Angleterre, ses difficultés, ses ambitions, tout y passe. Entretien.

Comment se passe votre intégration à Newcastle?

Il y a un peu plus d’un mois que je suis Newcastle. Ca se passe bien avec tout le monde. Je m’intègre super bien. Le plus important reste à venir, c’est-à dire de jouer maintenant.

Justement, n’est-il pas frustrant pour vous de ne jouer que quelques bouts de match jusque-là?

Ce n’est pas du tout facile pour un joueur de rester sur le banc. Seulement voilà, j’ai trouvé une équipe en place. Il fallait, dans un premier temps, bien s’intégrer. C’est chose faite, désormais,  à mon sens. Maintenant,  il m’appartient de prendre mes responsabilités et commencer à  jouer. Je crois que ça va venir ces temps-ci, même s’il ne reste plus assez de matches au tableau.

Etant donné que Newcastle file visiblement en Premiership, quel est à titre personnel  le challenge qui vous motive encore dans cette aventure?

Actuellement, c’est très difficile pour le club. Depuis que je suis arrivé, on ne fait que perdre les matches.  Pour autant, il y a une lueur d’espoir en ce sens que trois équipes sont pratiquement dans la même position. On a, donc,  une chance de nous maintenir en Premier League. Après, on verra la suite. Pour l’instant, j’appartiens à Newcastle pour deux mois encore.

On imagine que vous caressez le secret espoir de marquer votre premier but en 1er League…

Bah, comme tout bon attaquant, c’est toujours un rêve de marquer dans un nouveau championnat, à plus forte raison en Premier League. C’est quelque chose de spécial. J’ai coutume de dire que mon rêve a toujours été de jouer dans ce championnat. Aujourd’hui, je me retrouve face à la réalité. Je vais tout mettre en œuvre pour marquer ce petit temps.

A vrai dire, votre arrivée à Newcastle a surpris tout le monde. Dites-nous, pourquoi cette option?

Il restait trois jours avant la fin du mercato quand est venue la proposition de Newcastle portant sur un prêt de 5 mois sur le solde. J’ai trouvé ça intéressant car le club est un habitué de Premier Ligue. Depuis 6 à 7 ans, ils sont réguliers dans l’élite anglaise. Pour le moment, ça se passe  plutôt bien. Je ne plains pas. Mais, c’est clair que je ne pensais pas arriver dans le championnat anglais dans ces conditions. Ce n’est jamais facile pour un joueur d’arriver au mercato hivernal.

Après avoir côtoyé la Premier League, votre perception de ce championnat a-t-elle changé ou pas?

Non, pas du tout. C’est toujours la même chose. La Premier League est un très grand  championnat. Là-bas, j’ai la possibilité de me positionner physiquement. Certes, c’était un peu compliqué vu les conditions dans lesquelles j’étais arrivé. Par la grâce de Dieu, je compte y poursuivre mon aventure.

Même si Newcastle  descend en deuxième Division?

(Rire). Là, je ne saurais le dire. Par contre, j’aimerais continuer dans le championnat anglais. De toutes les façons,  c’est un prêt qui court jusqu’à fin mai.

Est-ce à dire que vous fermez totalement la porte à un possible retour à la Roma?

Je n’ai plus la tête à la Roma. Même si j’appartiens toujours au club. Mon souhait est d’aller dans un club où je me sens mieux pour la suite de ma carrière.

doum

Pourquoi  n’êtes-vous pas resté au CSKA, tout vous réussissait là-bas pourtant?

La Roma a tout simplement refusé que je continue avec le CSKA. J’y étais juste pour un prêt de six mois renouvelable. Il s’est trouvé qu’après, ils ont changé d’avis. Dès lors, deux choix s’offraient à moi: soit je restais quatre mois à la Roma sans jouer, soit j’acceptais d’aller dans un autre championnat. J’ai donc pris, malgré moi,  l’option du prêt à Newcastle pour ensuite voir les choses venir.

Mais, il y avait aussi la Chine!?

J’ai toujours refusé la Chine pour l’instant. Pour aller dans un championnat, il faut bien que je sente le coup. Ce n’était pas le cas avec la Chine. Je ne voulais donc pas y aller.

Avec cette succession de faits,  Doumbia reste-il toujours ce buteur patenté ou a-t-il, au contraire, pris un coup au moral?

Vous savez, ce fut vraiment très difficile de passer six mois à la Roma sans véritablement jouer. Après, ça fait beaucoup gamberger. Heureusement, j’ai profité d’une pige au CSKA pour me recharger les accus. J’ai bien montré que je n’étais pas fini. Il fallait juste du temps de jeu pour me permettre de m’exprimer. Cela pour vous dire que je peux encore performer dans n’importe quel championnat. Pourvu que j’aie suffisamment de temps de jeu et que je m’adapte au championnat. L’avenir nous le dira. Pour un joueur- un buteur de surcroît- c’est toujours frustrant de rester sur le banc. Par contre, en jouant 90 minutes, tu retrouves de la même confiance et tu arrives à exprimer la plénitude de tes capacités. J’espère connaître à nouveau ces moments magnifiques dans la suite de ma carrière.

Vos coéquipiers de l’équipe nationale et vous êtes partis à grand-Bassam, sur les lieux de l’attaque terroriste du 13 mars. A quel point était-il important pour vous de poser cet acte?

C’était important surtout moralement. Nous étions en Europe au moment des faits. Tout le temps, nous appelions nos frères, nos parents pour savoir s’ils allaient bien. Nous étions moralement touchés. Une fois à Abidjan, il était donc important pour nous d’aller nous recueillir sur les lieux du drame. C’est quelque chose qui restera gravée dans les mémoires des gens. Mais, comme on l’a toujours dit: « découragement n’est pas ivoirien ». Je dis « yako » (courage) à tous les parents des victimes. On reste ensemble, nous sommes une famille.

Interview réalisée par notre collaborateur en Côte d’Ivoire, Emgey Martial

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports