Afrique Rachid Ghezzal: La CAN 2017, une priorité

Ghezzal

Rachid Ghezzal avait la possibilité de patienter et d’attendre une convocation en équipe de France A. Mais le talentueux ailier de l’Olympique Lyonnais a choisi sans hésiter de jouer pour son pays d’origine, l’Algérie. Et il ne le regrette pas.

« Aujourd’hui, je ne regrette absolument pas mon choix, surtout lorsque je vois l’équipe qui se forme, les joueurs présents en sélection et la bonne ambiance qui y règne. C’est vraiment un groupe jeune et très talentueux qu’on est en train de construire », a-t-il fait savoir sur Radio France Internationale (Rfi).

Loin de faire de son choix des Fennecs une simple formalité, Rachid Ghezzal estime avoir opté pour l’Algérie afin de gagner des Titres. Et c’est tout naturellement qu’il fait de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, celle de 2017 qui aura lieu au Gabon, une priorité.

«L’Algérie commence à être une très grosse nation d’Afrique. On parle beaucoup de nous. On est régulièrement qualifiés en Coupe du monde. On attend donc beaucoup de nous en Coupe d’Afrique des nations. Mais la CAN est une compétition très dure. La prochaine édition de la CAN sera très difficile, nous allons tout faire pour réaliser quelque chose, c’est un objectif majeur », a indiqué le protégé de Bruno Genesio.

Ghezzal a profité de l’interview accordée à Rfi pour revenir sur ses débuts professionnels avec l’Olympique Lyonnais. Oublié du temps d’Hubert Fournier et relégué tout le temps sur le banc, le joueur de 24 ans a fini par devenir un élément important de l’effectif de Lyon après le départ de Fournier et son remplacement par Genesio, un entraîneur qui le connaissait mieux pour l’avoir dirigé en équipe réserve.

« Sur le moment, il y a toujours une forme de frustration, surtout lorsque tu vois d’autres joueurs de la même génération que toi ou même plus jeunes que toi, s’exprimer. Mais j’ai pris mon mal en patience », a dit l’Algérien avant d’ajouter. «Ça fait partie de la carrière d’un footballeur de passer par différentes étapes comme celles-là. Ce n’est pas toujours tout beau et tout rose. On ne débute pas toujours avec un statut. J’ai commencé la saison sur le banc. Puis j’ai davantage été un joker. Et j’ai continué à travailler pour gagner ma place », 

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com