Foot Europe UEFA Euro 2016 : La Turquie est dos au mur, et ça peut faire les affaires de l’Espagne

Football Soccer - Spain v Czech Republic - EURO 2016 - Group D - Stadium de Toulouse, Toulouse, France - 13/6/16
Spain's Andres Iniesta in action with Czech Republic's Jaroslav Plasil
REUTERS/Albert Gea
Livepic

Pour la 2e journée du groupe D dans cet UEFA Euro 2016, l’Espagne est opposée, ce vendredi 17 juin, à la Turquie, à Nice (Allianz Riviera).

L’Espagne a eu chaud! Face à une sélection tchèque qui était clairement venu chercher le point du match nul, la Roja s’est fait peur et a dû attendre une inspiration géniale de son petit génie Andres Iniesta, à la 87ème minute, pour trouver la faille. Co-leader du groupe D avec la Croatie, le double champion d’Europe doit désormais enchaîner à Nice, face à la Turquie. Un match loin d’être évident face à une nation sortie frustrée de son premier match au Parc et bien décidée à faire valoir son état d’esprit guerrier pour se relancer dans la course aux huitièmes de finale.

Avec des favoris qui peinent à maitriser leur sujet en ce début de l’UEFA Euro 2016 et un écart entre les nations qui ne cesse de rétrécir, l’Espagne sait qu’elle devra rester sur ses gardes face à cette sélection turque qui compte de nombreux joueurs talentueux dans ses rangs (Calhanoglu, Arda Turan, Emre Mor…). Reste le problème du fond de jeu pour la sélection de Fatih Terim, incapable de tenir le ballon face à la Croatie. C’est précisément ce qui pourrait coûter cher aux Turcs : rien n’est plus dangereux qu’une Roja prévenue et concentrée à 100%. Après avoir dû attendre la toute fin de match pour s’imposer face aux Tchèques, nul doute que les Espagnols voudront se mettre à l’abri le plus rapidement possible !

L’Espagne n’a pas soulevé les foules face à la République Tchèque mais on commence déjà à voir les traits d’une équipe susceptible de faire des dégâts importants dans toutes les défenses. Trop lents derrière avec leur charnière Balta-Topal et incapables de s’accorder un minimum de possession lorsque leur leader Arda Turan ne répond pas présent, les Turcs devraient logiquement regarder la Roja jouer, et s’agacer.

Si les Espagnols ont affiché un niveau technique supérieur et fait tourner comme à leur habitude, ils ont plus de mal à trouver des espaces et accélérer dans les 30 derniers mètres où Morata s’est montré discret. Le buteur de la Juventus Turin n’aura guère plus de champ face à une Turquie qui jouera une partie de son avenir dans cet UEFA Euro 2016.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com