Cyclisme Connaissez-vous le coût exorbitant des vélos du Tour de France ?

velo 2

Faire du cyclisme professionnel est une question de moyens. Certains se demanderont sans nul doute pourquoi ? La réponse est simple. Pour être un bon cycliste de haut niveau, il ne suffit pas d’avoir de très bonnes capacités physiques, il ne suffit pas non plus d’avoir un bon coach et de bien s’entraîner. Car, tous ces atouts ne valent pas grande chose si le cycliste n’a pas un bon vélo, un vélo à la hauteur de la compétition à laquelle il veut participer.

Parlons justement des vélos, plus particulièrement de ceux qu’utilisent les cyclistes qui participent au Tour de France 2016 qui a commencé ce samedi avec la victoire de Mark Cavendish à la première étape. Loin d’être ces engins que nous utilisons à la maison pour parfois faire nos petites courses ou faire un peu d’exercice physique, les vélos utilisés par les coureurs du Tour le plus prestigieux du monde sont de véritables œuvres d’art à la pointe de la technologie, des machines programmées pour gagner en quelque sorte.

velo 1

Des Vélos qui coûtent entre 6000 et 14000 euros

Eh oui ! Personne ne rêve ici. Nous sommes bien en pleine réalité. Ces montants ne sont pas ceux d’une voiture neuve, mais plutôt les prix des vélos que nous voyons très souvent sur le Tour de France et les autres Tours qui ont lieu dans les autres pays au cours de l’année. Ces prix varient selon le niveau de sophistication des engins et sont souvent compris entre 6000 euros (environ 4 millions de Fcfa) et 14000 euros (environ 9 millions de Fcfa). Et ils se justifient.

En effet, ces vélos ne sont pas des vélos ordinaires. Ce sont des engins très sophistiqués et conçus parfois après plusieurs années de réflexion (deux à cinq ans).

« On démarre par des cellules d’imagination dans lesquelles on essaye de se demander ce qu’est le vélo du futur. Aujourd’hui ils travaillent déjà sur les vélos qui sortiront dans quatre ou cinq ans. Les fonctions, les matériaux, le design, on essaye d’imaginer ce qui n’existe pas aujourd’hui », confiait le Directeur général de Look (une firme de fabrication de vélo), Eric Vanhaverbeke, à nos confrères de Rue89 en 2012.

Cadre révolutionnaire, pédalier dernier cri censé apporter un gain en puissance avec sa forme, étriers de frein intégrés à la fourche, dérailleurs électriques, homogénéité, maniabilité, légèreté, les vélos ne cessent d’évoluer. Ils sont de véritables machines de guerre, des outils dernier cri de la recherche technologique.

velo 3

« Aujourd’hui, les vélos sont comme des Formule 1. Chaque année, on pense que cela va arrêter de progresser mais on voit toujours des nouveautésC’est incroyable de voir cette électronique arriver tout en étant maîtrisée. Au niveau des transmissions, on est maintenant à onze vitesses. Le carbone est de plus en plus rigide et confortable…», confiait Sébastien Minard, coureur de l’équipe AG2R-La Mondiale, à nos confrères de Figaro.fr en 2012.

Look, Giant, Trek, Time, BMC, Specialized, Pinarello, Cannondale, Bianchi, Ridley, Scott, dont les noms figurent souvent en gros caractères sur les vélos des coureurs, font partie des plus grandes firmes qui se partagent le marché de fabrication de ces engins qui coûtent les yeux de la tête. Sortir entre 6000 et 14000 euros pour acheter un vélo, c’est bien trop grand pour la bourse de certains. Mais s’ils tiennent à tout prix à avoir ces machines de course professionnelle, ils ont la possibilité d’attendre un peu pour les acheter comme vélos d’occasion après le Tour de France. Ça ne leur coûtera que 2000 euros. Les fédérations africaines, souvent en manque de moyens pour doter leurs cyclistes de vélos professionnels, sont averties.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com