Afrique Coupe CAF- MO Béjaïa/ Sendjak : « A Lubumbashi pour créer l’exploit »

mo-bejai%cc%88a

Le MO Béjaïa aura la mission très dure sur le terrain du TP Mazembe (RD Congo) dimanche  lors de la finale-retour de la Coupe CAF.  Après avoir été accroché lors du match aller (1-1) à Blida, les Crabes ne partent pas avec les faveurs des pronostics. Mais le club algérien y croit toujours et compte jouer à fond ses chances, selon les dires de son entraîneur Nacer Sendjak.

« Il faut reconnaître que le TP Mazembe est un club formidable, extraordinaire. C’est un plaisir de retourner à Lubumbashi. Le public est très jovial, pas de provocations, rien. On peut aussi dire que le terrain est magnifique, qu’il y a toutes les conditions pour vraiment faire un grand match. On sait que le TP Mazembe, chez lui, a beaucoup de mal. On l’a vu nous quand on les a rencontré, on l’a ressenti. On sait que maintenant la pression est pour eux, et nous on jouera un peu plus libéré. On va essayer d’entreprendre et d’aller au bout de nos actions, j’espère qu’on va les conclure », admet l’entraîneur du MO Béjaïa au micro de RFI.

A pied d’œuvre à Lubumbashi depuis jeudi, les  »Crabes » trouvent notamment du mal à résister aux conditions climatiques très difficiles régnant sur place, marquées par une chaleur suffocante et un taux d’humidité très élevé. « On va changer de conditions, de climat. On va arriver dans un été là-bas avec une forte chaleur, et on va jouer le match en pleine après-midi. Il n’y a que les conditions qui vont changer par rapport au premier match et puis chaque rencontre a une vérité. Les enseignements qu’on a, c’est qu’on peut rivaliser face à une équipe comme le TP Mazembe. La donnée incontournable, c’est qu’il faut qu’on marque un but. Il faudra marquer au bon moment, pas trop tôt ni trop tard, pour pouvoir réellement essayer de gagner cette fameuse coupe. »

Le fait d’évoluer pour la deuxième fois en quelques mois dans l’antre des  »Corbeaux » (les deux équipes se sont déjà affrontées en phase de poules), va permettre aux Algériens de mieux s’exprimer. « On a produit un match de bonne facture. On a même eu des occasions pour gagner la rencontre, mais on les a loupés lamentablement. Mais on est seulement à la mi-temps de la finale. Comme toutes les équipes africaines, le TP Mazembe joue plus libéré à l’extérieur qu’à domicile, donc on sait que ça va être une toute autre rencontre. Au match aller, on a retrouvé cette équipe congolaise, qui a de grosses qualités physiques, et nous on a contourné cet obstacle, qui était le duel physique. On sait quand même que le premier match vaut ce qu’il vaut, et on va à Lubumbashi essayer de faire un exploit. Je pense qu’il y a la place », assure l’entraîneur du MO Béjaïa.

Aller au bout du rêve est l’ambition majeure des Béjaouis. Réussiront-ils alors là où l’USM Alger avait échoué en novembre 2015 sur cette même pelouse du stade de Lubumbashi ? Réponse ce dimanche.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com

Commentez cette actualité !