Afrique Togo-Interview: Emmanuel Adébayor « Je n’irai pas à la CAN si… »

emmanuel-adebayor

Sans club depuis son départ de Crystal Palace l’été dernier, Emmanuel Adébayor continue tout de même de se préparer avec la sélection togolaise pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui aura lieu au Gabon. Mais l’ancien attaquant d’Arsenal et de Manchester City pourrait finalement décider de ne pas jouer cette compétition. C’est ce qu’il a indiqué dans une interview accordée à une radio privée de Lomé ce samedi. « Si je ne suis pas prêt, pourquoi y aller ? », a-t-il déclaré, se donnant jusqu’à décembre pour trouver un club pouvant lui permettre d’être au point. Emmanuel Adébayor en a également profité pour revenir sur le match amical joué contre les Comores vendredi et la suite de la préparation des Eperviers.

 

Vous êtes en préparation depuis quelques jours en Tunisie et vous avez livré un match amical hier contre les Comores. Dans le jeu, on a compris que c’était difficile pour vous-mêmes et pour l’ensemble de l’équipe.

Ça a été un match très difficile. On a fait ce qu’on pouvait faire puisqu’on a joué sur un terrain qui n’était pas en très bon état. On a donné le meilleur de nous-mêmes. Mais il ne faut pas se voiler la face, ça a été un match très compliqué. Toutefois, le plus important, c’est qu’on reste invaincu, on reste concentré sur notre objectif, celui de ne pas perdre et franchement il n’y a que cela qui a été positif hier contre les Comores. Mais on a un autre match mardi contre le Maroc. On va le jouer et rentrer chez nous tranquillement pour préparer la CAN. Mais si ça continue comme ça, franchement je ne sais pas ce qu’il en sera pour la CAN.

C’est sûr qu’après ce match vous avez eu un entretien avec le sélectionneur Claude Le Roy. Et quand vous les joueurs vous revoyez ce qui s’est passé hier contre les Comores, ne vous dites-vous pas qu’il y a encore du boulot ?

Si, après le match qu’on a joué contre les Comores hier, on pense qu’on est parvenu à nos objectifs, franchement on se trompe. Pour être franc, on est encore très loin d’y arriver. Et quand je vous dis qu’on est loin d’y arriver, c’est qu’on est très loin. Franchement, je ne voudrais pas me prononcer sur notre prestation d’hier parce que j’ai vraiment honte. C’est très difficile aussi bien pour moi que pour les autres, mais tout compte fait c’est un match comme tout autre. Maintenant nous allons essayer de corriger nos erreurs et avancer avec nos qualités.

Quand on vous prend individuellement et qu’on se base sur vos qualités intrinsèques, êtes-vous confiants pour la suite ?

Confiants ? Je peux vous répondre oui. Mais les interrogations demeurent. Parce que si on livre la prestation d’hier dans notre poule à la CAN, si on fait les mêmes erreurs, on rentrera à la maison, c’est sûr. Mais on a encore un peu de temps pour tout corriger.

Le Togo a joué contre l’Ouganda, le Mozambique et maintenant les Comores. Pensez-vous que l’équipe est dans une dynamique de progression ?

Contre l’Ouganda et le Mozambique, on a fait deux beaux matchs. Mais celui qu’on a joué hier contre les Comores est la preuve qu’on a encore du travail à faire. Maintenant, en tant que joueurs, c’est à nous de repérer nos erreurs et lacunes, de les corriger pour pouvoir avancer.

Justement, avez-vous discuté entre-vous de votre prestation d’hier ?

Nous sommes dans un groupe et chaque joueur a ses affinités. Maintenant, moi j’ai pris le temps d’en parler avec les coéquipiers avec qui je m’entends très bien notamment Agassa Kossi, Sadate, Mamah Gaffa. Ce matin, j’en ai aussi parlé un peu avec Serge Akakpo.

Des inquiétudes par rapport à l’infirmerie qui se remplit pour les Eperviers ? On parle de Serge Akakpo, Sadate et Fodo Labah.

Si ceux-là se blessent pour la CAN, ça ne servira à rien d’y aller. Défensivement vous avez vu les lacunes d’hier. Mais on va essayer de corriger tout cela comme je l’avais dit.

Point n’est besoin de vous rappeler le groupe du Togo à la CAN 2017. Quand vous voyez un peu tout ça, est-ce que ça vous rassure devant vos adversaires ?

Ça nous rassure oui et non. Oui parce que nous avons une bonne équipe sur le papier. Non parce qu’on va jouer contre des pays qui sont plus ou moins au-dessus de nous. Maintenant c’est à nous de leur montrer qu’on a faim, de leur montrer qu’on est venu à la CAN pour jouer et on verra ce que ça va donner. Ce qui me fera mal c’est de ne pas essayer. On doit essayer pour voir ce que ça va donner. Mais si on ne veut pas essayer, ce n’est même pas la peine d’aller jouer cette CAN.

Parlons un peu de vous. Depuis quelques temps on lit beaucoup d’inquiétudes dans les yeux de vos fans par rapport au fait que vous êtes sans club. Etes-vous au courant de tout cela ?

Quand je visite ma page Facebook je vois un peu que tout le monde s’inquiète pour moi. Mais comme je vous l’avais dit, l’important dans la vie c’est la santé. Le football c’est un jeu et je ne suis pas le premier joueur professionnel à ne pas avoir de club. Je positive tout et je continue de travailler. Si je sens que je ne suis pas prêt pour aller à la CAN, je n’irai pas. J’irai peut être en tant que cadre de l’équipe pour soutenir les autres, mais pas pour jouer. Si ça continue comme ça jusqu’en décembre, j’irai au Gabon en tant que cadre pour soutenir mes coéquipiers mais pas pour jouer.

Etes-vous vraiment sérieux ? Peut-on vraiment s’attendre à une telle annonce d’Adébayor ?

Oui. Il s’agit d’une équipe nationale. Et elle doit aller à la CAN avec les joueurs en forme et qui sont prêts pour la compétition. Si je ne suis pas prêt, pourquoi y aller ? Des fois, il ne faut pas se voiler la face. Quand on n’est pas prêt, on le reconnait. Je sais que ça fera mal à beaucoup de mes fans, mais ça ne sert à rien que j’aille à la CAN et que je ne me retrouve pas. Ça ne sert à rien d’y aller et de louper mes contrôles, les occasions de but et autres. Si je ne me sens vraiment pas prêt et si ça continue comme ça jusqu’en décembre, je préfère accompagner mes coéquipiers pour leur parler et les encourager plutôt que de me retrouver sur le terrain. Ce sera pour le bien du Togo.

Mardi prochain, vous jouerez contre le Maroc en amical. Votre avis sur cette rencontre ?

Nous sommes à trois jours de ce match. On a le temps pour s’entraîner et se préparer pour cette rencontre. En ce qui me concerne j’ai un petit coup hier, je ne sais pas si je vais pouvoir jouer. Si je ne peux pas je resterai sur le banc.

Un dernier mot, un message d’espoir pour le public sportif togolais qui attend beaucoup de vous les Eperviers ?

J’ai entendu certains de mes coéquipiers dire ce matin que nos supporters sont fâchés contre nous et qu’ils nous demandent de rester à la maison si nous ne voulons pas aller jouer à la CAN. Je leur demande d’avoir confiance en nous parce qu’on fera tout pour leur donner du plaisir. Contre le Comores c’était un match amical et il n’y avait pas du monde au stade. En plus il fait très froid. Mais à la CAN ce sera carrément autre chose, on sait que les matchs seront diffusés, nos familles nous regarderons, le chef de l’Etat nous regardera, tout le Togo sera derrière nous. Donc la motivation ne sera pas la même. Nous demandons donc au public d’être derrière nous, d’avoir confiance en nous et de croire en nous. Parce que s’il ne croit pas en nous, ce n’est même pas la peine qu’on aille à la CAN.

 

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com

Commentez cette actualité !