Afrique CAN 2016 dames: « Un match important » pour l’Afrique du Sud

desiree-ellis

 

Ce mardi débute la deuxième journée de la phase groupes de la CAN 2016 dames. Cameroun-Afrique du Sud est l’affiche de la journée. Les Lionnes ont remporté leur premier match tandis que les Banyana Banyana ont fait match nul. Ce lundi, les différents acteurs étaient en conférence de presse.

 

Desiree Ellis, sélectionneur, Afrique du Sud.

« Nous avons pris en compte les erreurs commises au cours du match passé. Nous allons nous arranger pour exploiter ce que nous avons constaté lors de la première rencontre. Le match contre le Cameroun est un match important pour le groupe pas seulement pour les joueuses. Si nous commençons notre match là où nous avions laissé contre le Zimbabwe, je pense que l’on verra de très belles choses. Nous devons bien commencer parce que si nous commençons bien, nous aurons cette rencontre. Les joueuses sont focalisées sur le match de demain. Nous avons eu le temps de nous reposer, nous distraire, suivre les entraînements. Nous sommes prêts, nous entendons tirer le meilleur à l’issue de la rencontre de demain. En 2014, nous nous sommes retrouvés dans une situation similaire, une défaite contre le Cameroun lors de notre premier match, un match nul, il a fallu battre la Côte d’Ivoire pour se qualifier. »

« Ce sera la guerre », Thembi Kgatlana , défenseure, Afrique du Sud.

« J’ai l’air jeune mais j’ai participé à la CAN en 2014 en Namibie donc c’est ma deuxième CAN. J’étais aux Jeux olympiques. Jouer contre le Cameroun, ce sera difficile Le Cameroun jouera devant son public mais nous comptons battre cette équipe et vous ne savez pas combien il est agréable de battre un pays organisateur devant son public. Quand je pense à ce dessin animé, Tom and Jerry, Tom est toujours entre de courir après quelque chose. Je crois que l’on assistera à cette scène demain. C’est une véritable guerre qui aura lieu demain. Nous mettrons tout en œuvre. Je voudrais inviter le public camerounais à savourer cette rencontre. Quelque fois, ce n’est pas bien de laisser les gens entrevoir ce que vous allez faire. C’est pourquoi je dis à tout le monde de venir au stade voir. »

« Tout se jouera sur le plan mental », Carl Enow Ngachu, sélectionneur des Lionnes indomptables.

«  Le match contre l’Egypte était très difficile. Nous avons eu de nombreuses opportunités, nous n’avons pas marqué. Naturellement, tous les attaquants sont très égoïstes. J’ai moi-même été attaquant et égoïste quand je jouais au football. Mais, j’ai parlé aux joueuses en leur rappelant que le football est d’abord un sport collectif. L’Afrique du Sud est une équipe expérimentée. J’ai demandé aux joueuses d’inscrire des buts. Les soins suivis par Gabrielle Aboudi Onguene sont des soins de prévention. Tout le groupe se porte bien. Il faut que l’on soit beaucoup plus collectif. Au sujet du nouveau venu (Quentin Bernard, ndlr). On ne peut refuser le génie de tout un chacun. Je ne peux entrer dans les détails mais la contribution de tout un chacun est toujours la bienvenue. Que les Camerounais viennent massivement demain. Tout se jouera sur le plan mental. Nous avons de nombreuses joueuses expérimentées. »

« Ça va passer », Gabrielle Aboudi Onguene, avant-centre des Lionnes indomptables.

« Nous savons toutes ce que nous avons à faire, c’est les trois points. Nous sommes des Lionnes, nous sommes là pour chasser qu’importe la proie qui se présentera devant nous. Nous savons toutes ce que nous avons à faire, et nous le feront demain à savoir décrocher lest rois points. Demain, nous savons ce que nous avons à faire. C’est trois points que nous cherchons demain. Les Lionnes se portent bien, sont concentrées et déterminées. Nous savons que notre qualification pour la demi-finale se jouera demain. Nous avons tiré les leçons du match de samedi. Le coach nous a tiré les oreilles. Peu importe le buteur, nous restons soudées. Nous cherchons à résoudre l’équation Afrique du Sud et demain (aujourd’hui, ndlr), je crois que ça va passer. Ce n’est pas le nombre de joueuses professionnel qui fait gagner un match. Notre coach nous a toujours inculqué l’envie de gagner. Nous recherchons l’envie de gagner, d’aller loin dans cette compétition, qu’importe le nombre de joueuses professionnelles. Les performances d’une équipe ne se lisent pas sur du papier.  »

De notre correspondante, Angèle Bepede

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports

Commentez cette actualité !