Afrique [EXCLU] CAN 2016 Dames –Cameroun / Njoya : « Je joue sans calcul »

nchout-ajara-njoya

Nchout Ajara Njoya, avant-centre des Lionnes indomptables du Cameroun, est l’une des joueuses les plus entreprenantes au sein de cette sélection du Cameroun. A 23 ans, la joueuse qui cumule 120 minutes de jeu depuis en deux sorties du Cameroun à la coupe d’Afrique des nations de football féminin. La compétition a débuté le 19 novembre 2016 au stade Omnisports de Yaoundé. L’internationale camerounaise, meilleure buteuse du championnat suédois de deuxième division, a terminé la saison en beauté avec Sundsvall.

 

Vous n’inscrivez peut-être pas de but mais vous êtes à la base de nombreuses occasions du Cameroun.

Je joue sans calcul, je joue avec passion, je joue pour me faire plaisir. Je crois que quand je suis arrivée en sélection nationale j’ai commencé avec les Lionnes où j’ai arrêté en club. J’ai eu une belle saison, reçu le prix de meilleure joueuse du championnat de deuxième division en Suède. C’est l’envie de gagner qui apporte toute cette énergie, ces résultats. J’ai joué 23 matchs, inscrits 13 buts en saison. C’est cette continuité que j’essaie de transporter ici chez les Lionnes. C’est cet ensemble qui me permet d’être présente pour mes coéquipières.

Comment préparez-vous vos matchs notamment celui contre l’Afrique du Sud, contre Thembi, votre ex coéquipière en club ?  ?

Toutes les fois où je monte sur l’aire de jeu, j’y vais avec l’envie de bien faire. Même si le résultat est contre nous, je monte sur une aire de jeu pour gagner. Au départ, quand j’entre sur le stade j’y vais pour me donner à fond. Je ne cherche pas à savoir qui est en face. J’essaie de savoir ce que je pourrai apporter à mes coéquipières. Avec Thembi Kgatlana, nous avons joué en Russie. Avant le match elle m’a intrigué en titillant. Elle m’a promis une défaite devant ce public de Mfandena. Mais, nous avons échangé entre coéquipières et nous nous sommes dit que les choses ne devaient pas se passer ainsi.

Parlez-nous de cette capacité que vous avez à varier les systèmes de jeu au cours d’un match…

Cette capacité vient du travail avec le staff.  Le coach nous met dans des conditions telles que nous pouvons utiliser une infinité de système de jeu. Et pour  les mettre en pratiques, nous avons des gestes, des actions, des coups d’yeux que nous effectuons pour pouvoir permuter à tout moment en restant constantes dans la production.

Et ce match contre le Zimbabwe de vendredi, comment l’entrevoyez-vous ?

Rien  ne dépend de moi, si le coach me fait confiance, je serai là pour l’équipe. Nous sommes une équipe, nous essayons au maximum de donner le meilleur à chaque fois que le sélectionneur nous donne la possibilité de jouer, nous mouillons le maillot.

De notre correspondante à Yaoundé, Angèle Bepede

 

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com

Commentez cette actualité !