Afrique CAN 2016 Dames : Réactions après match Cameroun-Ghana

imgmanager

Raïssa Feudjio a offert au Cameroun la finale de la CAN 2016 Dames. La joueuse a ouvert le score face au Ghana à la 72e minute après avoir repris un ballon mal négocié par la défense (1-0).

« Nous avons toujours changé en fonction de l’adversaire »

Carl Enow Ngachu, sélectionneur des Lionnes indomptables du Cameroun.

carl-enow-ngachu

 

« C’était un match équilibré. Toutes les fois où nos deux équipes se rencontrent, la victoire survient toujours. Nous avons été satisfaits du milieu de terrain. Lorsque l’on joue un match, nous faisons des aménagements en fonction de l’adversaire du jour.  Quand vous regardez toutes nos rencontres, nous avons toujours changé en fonction de l’adversaire.  Nous sommes prêts à jouer contre n’importe quel pays en finale. Nous ne choisissons pas d’adversaire. Nous sommes là pour gagner nos cinq matchs. C’est ma troisième finale. J’ai perdu déjà deux finales de CAN. Nous avons mis le paquet pour remporter cette CAN. Nous savions que le public viendrait. Nous nous attendions à 35 à 40 000 spectateurs aujourd’hui. La différence s’est beaucoup plus faite sur l’impact physique, le mental et l’envie de gagner ? Nous savions que si nous voulions revoir la cohésion, ça devait être difficile parce que l’équipe du Ghana est très mobile que celle camerounaises. Les joueuses qui devaient animer devaient être fortes mentalement et physiquement. Nous avons mis l’accent sur ces aspects d’où le résultat. »

 

 

« Nous allons travailler pour la troisième place »

Yussif Basigi, sélectionneur du Ghana.

yussif-basigi

« Le Cameroun et le Ghana se connaissent bien, jouent ensemble régulièrement. La compétition était d’un niveau élevé. Je souhaite voir à l’avenir, un tournoi aussi capé. Le football féminin progresse. Même au Gabon, nous n’avions pas un pareil public. Ce que nous avons vu aujourd’hui témoigne de ce que le football féminin se développe en Afrique. Nous avons plusieurs CAN masculines qui n’ont pas un tel public. Même au Gabon, croyez moi, il n’y aura pas un tel public. Même pas en finale.  Tous les matchs ont leur plan de jeu. J’ai réalisé que le Cameroun a un style de jeu particulier. Je me suis dit qu’il fallait que notre milieu de terrain soit offensif. Nous n’avions pas de milieu de terrain à proprement parler. Nous avions besoin de posséder, d’attaquer et de défend. Nous attaquions de l’arrière. J’ai promis de gagner mais je peux voir que j’ai mis du sourire sur vos lèvres aujourd’hui. Aujourd’hui, mon meilleur ami dormira comme un enfant. Pour moi, ce n’est pas encore terminé. Nous avons encore la troisième place à jouer. Je vais parler à mes filles, les encourager, les motiver. Nous allons travailler pour avoir cette troisième place. »

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com

Commentez cette actualité !