Afrique CAN 2017 : Problème de primes, les Léopards de la RDC boycottent les entrainements

leordc1

Le torchon brûle entre les Léopards et leurs dirigeants à quelques heures du coup d’envoi de la CAN 2017. L’équipe nationale de football de la RDC semble être, remontée contre sa Fédération (Fecofa) pour des raisons financières et aurait refusé de s’entrainer. Dans une vidéo relayée vendredi sur les réseaux sociaux, les Léopards actuellement présents à Oyem pour la CAN 2017 ont annoncé qu’ils refusaient de s’entraîner jusqu’à ce que leurs primes leur soient versées.

«Ça fait des années et des années, c’est toujours la même chose: nous, on se prépare bien pour jouer nos matches mais à la fin il y a toujours des problèmes de primes […] Il y a un problème des primes. Donc, il n’y aura pas entrainements aujourd’hui», a déploré Youssouf Mulumbu, le capitaine des Léopards, entouré de ses coéquipiers dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Depuis leur hôtel en terre gabonaise, les Léopards de la RDC se sont filmés eux-mêmes à l’aide de leurs téléphones portables en train de faire ces leurs revendications. Et ils ont partagé le document audiovisuel à travers les réseaux sociaux. Les footballeurs congolais expriment leur ras-le-bol en Lingala et français.

Contacté par Jeune Afrique, Constant Omari, le président de la Fédération congolaise de football (Fecofa), se dit « surpris » par la nouvelle de la grève des Léopards au Gabon. « Je ne suis pas au courant », affirme-t-il, qualifiant ce mécontentement collectif de « faux problème ».

« Au moment où je suis en train de vous parler, Kinshasa vient de me confirmer que les primes des Léopards ont été débloquées, assure-t-il. Depuis le début des éliminatoires, le gouvernement a toujours débloqué ces primes à temps : on attendait que tous les joueurs se regroupent à Oyem [Ville gabonaise qui va accueillir le groupe C dans lequel se trouve la RDC, ndrl] pour qu’elles leur soient versées. »

De son côté, réagissant sur Radio Okapi, le ministre Willy Bakonga a assuré qu’il n’y avait plus de problème de primes des joueurs, le gouvernement ayant «déjà débloqué tous les moyens» nécessaires. «On est vendredi aujourd’hui, on a la journée de demain samedi, nous avons dimanche. Le match va se jouer lundi dans l’après-midi. Demain, moi-même, je conduits une délégation des cent personnes. Nous avons tout le temps, possible ! Quand on va arriver, on va parler avec eux [les joueurs], on sera ensemble. Donc, il n’y a pas de problème de primes, puisque les primes sont déjà là. On va les leur donner».

En héritant de la Côte d’Ivoire, du Maroc et du Togo, il est peu dire que la République Démocratique du Congo n’aura pas la tâche facile durant cette CAN 2017.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com