Afrique CAN 2017 : L’Algérie et le Sénégal n’impressionnent pas Wahbi Khazri

CAN 2017 -Wahbi Khazri

Dans le deuxième match du groupe B de la CAN 2017, la Tunisie affronte le Sénégal dans une partie qui s’annonce âpre. Tunisiens et Sénégalais voudront commencer au mieux leur compétition. Il s’agit de la cinquième confrontation entre les deux sélections. Mais les Aigles de Carthage n’ont jamais perdu face aux Lions sénégalais dans cette compétition (trois résultats nuls et une victoire).

A cette CAN 2017, un certain nombre d’observateurs estiment que la Tunisie est un peu l’outsider de ce groupe. Mais pour Wahbi Khazri, c’est une erreur de penser que les Aigles de Carthage sont dans la peau de l’outsider.

« La Tunisie est un pays de football et surtout, ses résultats actuels en sont la preuve. Nous avons réussi à nous qualifier pour la CAN sans perdre un match. Et nous avons remporté nos premiers matches qualificatifs pour la Coupe du monde 2018. Au classement Fifa, la Tunisie est deuxième derrière la Côte d’Ivoire. Je pense donc que nous avons tout à fait les moyens de rivaliser avec l’Algérie et le Sénégal. Je vous rappelle que lors des qualifications pour la CAN 2015, nous avons pris quatre points sur six face aux Sénégalais (1-0, 0-0). Et contre l’Algérie, nous restons sur un nul en amical en 2015 (1-1) et un succès lors de la CAN 2013 (1-0) », a confié le joueur de Sunderland à nos confrères de Jeune Afrique.

Pour tenter de s’extirper de ce groupe relevé, le sélectionneur de la Tunisie Henryk Kasperczak pourra compter sur des joueurs de haut niveau comme le défenseur Aymen Abdennour (Valence CF, Espagne) et les milieux offensifs Wahbi Khazri (Sunderland, Angleterre) et Yassine Msakni (Lekhwiya, Qatar).

« Une de nos principales forces, c’est notre jeu collectif. Chacun se bat l’un pour l’autre. Même quand nous ne faisons pas un très bon match, comme face à la Libye en novembre dernier (1-0), on parvient à s’en sortir, grâce à notre solidarité, » a ajouté l’ancien joueur de Bastia.

Tombés dans un groupe B de la CAN 2017 également composé du Sénégal, de l’Algérie ainsi que des Zimbabwéens, les hommes d’Henry Kasperczak vont devoir considérablement élever leur niveau de jeu s’ils comptent jouer un rôle au Gabon.

« On connaît l’Algérie, qui a un gros potentiel offensif, tout comme le Sénégal. Les deux équipes font partie des meilleures d’Afrique, mais nous avons les moyens rivaliser avec elles. Nous les respectons, mais nous n’avons pas peur. Quant au Zimbabwe, même si cette équipe est moins connue, il faudra s’en méfier. Les joueurs se connaissent bien, et les équipes anglophones sont en général très solides. Cela me rappelle un peu la Zambie, championne d’Afrique en 2012. Nous sommes très motivés. L’élimination en quart de finale de la CAN 2015, sur un penalty imaginaire face à la Guinée équatoriale (1-2), nous l’avons toujours en travers de la gorge… »

Ce dimanche, les Aigles de Carthage auront fort à faire face au Sénégal et devront répondre présent d’entrée afin de pouvoir espérer se glisser en quarts de finale de la CAN 2017.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com