Afrique CAN 2017 : Zoom sur les Cranes d’Ouganda

ouganda

Equipe montante du football africain depuis quelques mois, l’Ouganda arrive à la CAN 2017 avec toutes ses forces vives et un gros capital confiance.  39 ans que l’Ouganda attendait ça ! A une époque où le bouillant dictateur Idi Amin Dada interrompait l’entraînement pour distribuer conseils et liasses de dollars, le football ougandais a écrit la plus belle page de son histoire avec une inattendue place de finaliste à la Coupe d’Afrique des nations en 1978. A cette époque, les « Cranes disputaient leur première finale de CAN face au Ghana. Une petite défaite 2-0 porteuse d’espoirs pour l’avenir. Sauf que la suite ne s’est pas passée comme prévu.

Absents de toutes les éditions de la CAN depuis 1978, les « Cranes » font la fierté de tout un peuple à l’heure d’entamer la compétition au Gabon. Opposés d’entrée au Ghana lors de la premiere journée de la CAN 2017 dans le groupe D, les Ougandais savent qu’ils ont un coup à jouer, eux qui avaient déjà tenu tête aux Blacks Stars en éliminatoires de la Coupe du Monde il y a quelques semaines (0-0) avant de dominer le Congo (1-0). Complètement dans la course pour faire le voyage en Russie, les hommes de Milutin Sredojevic, en place depuis 2013, confirment au fil des mois leur retour au premier plan sur la scène continentale.  La force de l’Ouganda repose dans son collectif. Pour marquer leur retour dans une CAN après 39 ans d’absence, les « Cranes » auront avant tout à cœur de se rassurer.

La sélection ougandaise vient d’ailleurs d’être désignée « équipe africaine de l’année 2016 » aux CAF Awards. Et Dennis Onyango, son gardien, vainqueur de la Ligue des champions avec les Mamelodi Sundowns, sacré meilleur joueur évoluant sur le continent africain. Deux signes qui indiquent qu’il faudra compter avec les Cranes dans le groupe D de la CAN 2017.

 

 

La route vers la CAN 2017

 

On ne le voyait pas venir ! L’Ouganda a surpris plus d’uns dans son groupe D composé du Burkina Faso, du Botswana et des Comores. Déjà après le tirage au sort, les Etalons étaient considérés comme étant les favoris. Les poulains de Micho ( sélectionneur) ont pris la deuxième place avec 13 points (en  égalité avec le Burkina Faso ) pour 4 victoire et un nul.

 

Historique

 

Cette phase finale, la 31è édition, sera la troisième participation pour les Ougandais. Depuis 1978, ils ont attendu 2017 pour revenir dans le gotha du football africain. Mais déjà en 1978 ils ont disputé la finale, montrant leur forme athlétique et leur engagement. L’histoire montre également que à chaque participation , les Cranes franchissent les quarts de finale. Lors de leur première participation en 1962, ils avaient disputé les demi-finales et ont terminé à la quatrième place. On verra si pour cette édition l’histoire va se répéter.

 

La star

Denis_Onyango

La star de cette sélection reste le gardien Denis Onyango. Le goal de Mamelodi Sundowns a été même élu le meilleur joueur africain basé en Afrique de l’année 2016. Il a tout fait cette année en permettant son club de l’Afrique du Sud de remporter la Ligue des Champions d’Afrique et même disputer la Coupe du Monde des Clubs. Il  a aidé l’Ouganda à se qualifier pour la CAF 2017 au Gabon, après 39 ans d’attente. Onyango a également été élu gardien pour les onze meilleurs d’Afrique.

 

Joueur à suivre

 

Si Geoffrey Massa est l’emblématique capitaine des Cranes de l’Ouganda, le joueur sur qui l’espoir des Ougandais se reposent est bien évidemment Faruku Miya. Sociétaire de Standard de Liège, Miya est l’armes fatale de l’attaque des Cranes. Parti directement du championnat ougandais, dans le club de Vipers SC, il n’a pas eu du mal à s’imposer dans les rangs du club belge. Il a déjà fait son trou en marquant un but. Miya a inscrit 20 buts en 49 apparitions avec Vipers et a été élu Footballeur ougandais de l’année en 2015.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com