Afrique CAN 2017 : Comment les succès des Lions indomptables ont retourné de nombreux Camerounais

siani_-_cameroun_0

La qualification du pays de Roger Milla et Samuel Eto’o au second tour de la CAN 2017 n’était pas attendue même par leurs plus fervents supporters. Conquis par leurs performances au Gabon, nombre d’entre eux se mettent à rêver d’une victoire devant le Sénégal en quarts de finale ce samedi soir.  Reportage à Douala, la capitale économique du Cameroun.

Le match Cameroun-Sénégal de ce samedi ne fait pas vibrer le pays des Lions indomptables. Douala, la bruyante capitale économique est plutôt calme. Il n’y a pas comme ce fut le cas dans un passé récent, d’animation particulière. Pas de caravane motorisée, presque pas de campagnes promotionnelles en rapport avec l’événement CAN 2017, pas de coups de klaxons dans les rues. Les vendeurs de gadgets du marché Central ne voient pas les acheteurs affluer. Seuls quelques attroupements, principalement devant les kiosques à journaux, laissent voir qu’il y a un certain intérêt pour la Coupe d’Afrique des nations et surtout la prestation de la sélection nationale qui y est engagée.

L’attitude d’indifférence que l’on observe  au Cameroun  date d’avant la Coupe d’Afrique des nations. Plus exactement de la période de la préparation de cette compétition par les footballeurs camerounais. Le refus de 8 joueurs de répondre à une convocation du sélectionneur national Hugo Broos décourage les uns et les autres. L’on commence à penser que cette équipe du Cameroun, déjà au creux de la vague depuis 2008 et la finale de la CAN perdue devant l’Egypte, ne paie pas de mine. Des 35 joueurs appelés pour la mise au vert dans la capitale camerounaise Yaoundé, ne viennent finalement que 27 éléments parmi lesquels de nombreux « inconnus », « no name » ou « sans grades », ainsi appelés par l’homme de la rue.

 

Révolte à Libreville

Cette désaffection du public  sera prouvée quelques jours plus tard  lors des matches-tests du Cameroun. Pour leurs sorties face à la République démocratique du Congo et au Zimbabwe, les Lions indomptables évoluent devant des gradins clairsemés. Rien à voir avec les dizaines de milliers de spectateurs qui un mois plus tôt étaient attirés au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé par des Lionnes indomptables au sommet de leur art dans la Can que leur pays accueillait. Ceux qui avaient regardé les matches des Lions à la télé ont eu davantage de raisons d’en désespérer.  La qualité du jeu surtout contre le Zimbabwe laissait à désirer. Ce « petit poucet » avait failli scorer deux fois dans les ultimes secondes de la partie. Ce 10 janvier 2017, le résultat nul (1-1) permettait aux hommes du très contesté Hugo Broos de sauver la face.

Avec une équipe peu brillante sur le terrain, des joueurs pour la plupart peu expérimentés et moyens, un sélectionneur qui balbutie son coaching et dont le public garde toujours en travers de la gorge les conditions (floues) du recrutement, il y avait suffisamment de raisons de prédire un parcours chaotique aux  ambassadeurs du pays quadruple champion continental. Seulement les résultats sur le terrain vont déjouer les pronostics alarmistes. L’équipe du Cameroun fait mieux que figurer  dans le groupe A présenté par les experts comme le plus facile.

Ils confondent quelque peu leurs détracteurs dès leur première sortie au stade de l’Amitié Sino-Gabonaise d’Angondjé, dans la capitale Libreville. Bien que moins forts techniquement, les Lions prennent de l’avance au score avant de concéder le nul. N’empêche, les Camerounais les apprécient  se mettent à rêver. Ils leur trouvent désormais des qualités… D’aucuns parlent d’une équipe volontaire, capable  de produire du jeu, une équipe avec un mental d’acier. L’on salue bien bas la performance de Christian Bassogog, un joueur mal-aimé qui avait pointé son  nez lors des matches de préparation. Ses courses, dribbles et passes ont séduit en cette soirée du 14 janvier 2017. Ceux qui ne jurent désormais que par lui l’ont même surnommé « Messi » en référence au prodige argentin  du Fc Barcelone.

 

« Dieu est venu aider le Cameroun »

La sélection vert-rouge-jaune fait encore mieux au cours de sa sortie suivante. Menée au score, elle égalise et prend le dessus les « bleus » Bissau-guinéens. L’espoir d’une qualification au second tour grandit chez ses fans dont le nombre s’accroît notamment sur les réseaux sociaux. Dans la vague d’enthousiasme qui suit, les remplacements opérés par le sélectionneur sont salués. L’on se réjouit en premier lieu d’avoir vu le Cameroun remporter son premier match en phase finale de Coupe d’Afrique depuis 2010. Pour le plus grand bonheur des supporters le capitaine Benjamin Moukandjo et ses coéquipiers le Cameroun arrache -certes dans la douleur- le point qui lui manquait pour assurer sa qualification en quarts de finale. Et voilà ceux qui ne vendaient pas cher la peau de l’ours avant le début de la 31ème CAN revenu à de meilleurs sentiments. Certains avouent que l’équipe d’Hugo Broos les a convaincus. Et visent désormais haut.

 

C’est le cas de  Michel Djumo, un supporter du club de première division Union sportive de Douala. « J’ai commencé à croire à la qualification des Lions indomptables du Cameroun quand ils ont battu la Guinée-Bissau. L’équipe n’est pas fameuse mais elle a eu beaucoup de chance. La chance ne se donne pas à tout le monde. Dieu est venu aider le Cameroun », croit cet homme. Abdouraman Kibong, un « débrouillard », a quant à lui a été séduit par l’état d’esprit des joueurs. « Ils ont fait un premier match époustouflant.  Ils avaient à cœur de prouver à la nation toute entière que même en l’absence des meilleurs joueurs, eux pouvaient représenter valablement le peuple camerounais ».

A quelques heures du match Sénégal-Cameroun, ces repentis pronostiquent sans réserve une victoire des leurs. « Dieu va nous aider jusqu’en finale » déclare Michel Djumo sans sourciller. Pour ce quart de finale, il pense que l’équipe du Cameroun ira à l’essentiel. « C’est un match de quart de finale. On ne veut pas savoir si vous avez bien joué, mais plutôt savoir si vous vous êtes qualifié ». Abdouraman Kibong dit être « convaincu que les Lions indomptables vont se qualifier ». 4-0 en faveur du Cameroun est selon le technicien du bâtiment Michel Kameni, le score qui sanctionnera la partie. Un autre fan de foot qui jure ne pas soutenir l’équipe du Cameroun admet que le « tocard » camerounais pourrait remporter le trophée.

 

Les Lions indomptables ne les font plus rêver 

D’autres sceptiques s’expriment aussi à notre micro. En général ils ne voient pas de raisons d’encenser les Lions indomptables. « Les Lions m’ont tellement déçu que ça ne vaut pas la peine de les soutenir. Avant la CAN 2017, je n’ai vu aucun jouer prouver dans son club. Ils n’ont déjoué aucun pronostic. S’ils étaient si forts ils n’avaient qu’à battre le Gabon ! Nous voulons par exemple un fond de jeu. Maintenant vous perdez un match vous rentrez chez vous et je dois dire que face au Sénégal, notre équipe est mal partie », le technicien de haute fréquence Frédo Tankeu. Il n’a pas l’intention de regarder la partie. Désormais ne l’intéressent les rencontres des filles, les fameuses Lionnes indomptables. Il est rejoint par un jeune arbitre qui a requis l’anonymat.

Pour ce dernier, ce sont les magouilles et la corruption qui l’éloignent des Lions et font qu’ils risquent l’élimination. « On ne vient pas relancer en équipe nationale aider les joueurs à relancer leur carrière. Regardez le gardien de buts Joseph Fabrice Ondoua ! Il n’a pas sa place dans cette équipe. C’est à cause de lui que nous ne battons par le Burkina Faso. S’il boxe bien le ballon nous l’emportons 1-0. Il ne doit pas prendre la place de bons gardiens comme Kameni, Onana ou encore Feudjou », s’étrangle l’homme en noir.

Si le parcours des Lions Indomptables du Cameroun, c’est le pronostic de l’ancien international camerounais Joseph Antoine Bell qui se confirmerait. En début de semaine, celui qui est devenu le consultant football de Radio France internationale (Rfi) déclarait son pays n’irait pas plus loin que les quarts de finale. « Je crois sincèrement que les Lions ont atteint l’objectif raisonnable qui pouvait leur être assigné. Maintenant, je sais qu’en Afrique toutes les équipes disent : « on va être champions, on va être champions », pour moi les Lions arrivés en quart de finale on atteint un objectif raisonnable ». (…) Evidemment qu’ils vont se battre pour rivaliser avec le prochain adversaire qui se trouve être le Sénégal, mais sincèrement, ils ont atteint le plafond, il va falloir qu’ils envisagent de progresser autrement. Donc cette progression commence par le match du Sénégal même si la victoire n’est pas au rendez-vous », analysait-il au lendemain de la qualification des Camerounais.

Pierre Arnaud Ntchapda  

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com