Afrique Tour du Togo 2017 : Akanga Raouf demande l’assistance de l’état togolais

Akanga Raouf

Arrivé 4è à l’issue de la 6è et dernière étape du tour cycliste international qui a pris fin ce dimanche, Akanga Raouf fait le bilan de la participation togolaise. Le capitaine du Togo jette des fleurs à ses coéquipiers et demande aux autorités de son pays, ainsi que les sociétés d’aider cette discipline. Mais avant, il se dit déterminer pour relever le cyclisme togolais.

« Moi je rends grâce à Dieu qui m’a permis de commencer ce tour et de l’avoir terminé.  Je vais continuer la bataille, nous allons relever le niveau du cycliste togolais afin qu’on  puisse parler du cycliste togolais en international, c’est ça notre vision » a-t-il dit à Africa Top Sports avant d’évoquer ses performances.

« Moi personnellement je garde les têtes hautes. Parce que les équipes européennes ne sont pas venues pour faire de cadeau. Ce sont des semi-pros. Je l’ai connait tous. Si j’ai pu faire deuxième et deux fois quatrième, c’est bien, cela veut dire que le niveau vient. Si vous vous souvenez bien, il y’a quelques années, on fait le tour, il n’y a aucun togolais dans les 10 premiers. C’est déjà un pas vers l’avant. Je suis seulement déçu de n’avoir pas pu tenir ma promesse, celle de gagner une étape pour le Togo » a-t-il ajouté. Le numéro togolais se projette déjà sur sa prochaine compétition qui est le tour du Bénin.

Le tour du Bénin répond à ma capacité de sprinter….

« Je promets le maillot jaune du tour, parce que le tour du Bénin répond très bien à ma capacité de sprinter. C’est dans trois semaines, le travail continue et nous allons faire un bon travail la bas ».

Mais encore faut il que la sélection du Togo se montre ambitieuse et travailleuse. Pour Akanga Raouf, la question du matériel demeure et il faut que l’état togolais ainsi que les sociétés répondent favorablement pour des résultats meilleurs dans le futur.

« Je tire chapeau à mes coéquipiers, un grand respect à toute l’équipe togolaise. Mes coéquipiers sont très courageux. Je dis d’ailleurs que les togolais sont très courageux dans le domaine du sport. Malgré nos maigres moyens, bien qu’on ne soit pas salarié, on se bat. Défendre les couleurs du drapeau, c’est la plus grande des choses qui m’arrivent dans la vie et je pense que c’est la même chose pour mes coéquipiers. Je prie Dieu que les coéquipiers puissent avoir le vélo que j’ai et qu’on puisse avoir des sponsors. Nous allons faire des surprises. Des Burkinabés, des Ivoiriens ne sont pas des machines, ils sont tous des humains comme nous. Et c’est des petits réglages qui manquent, des petites choses. Nous prions la fédération, l’état togolais de nous accompagner ».

Publié par Franck OROCOTI pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com