Afrique Sulley Muntari s’est senti «traité comme un criminel»

Sulley Muntari

Victime et coupable. Tel est le statut de Sulley Muntari aux yeux de la Commission de discipline du football italien, qui a jugé les faits survenus dimanche 30 avril. Le Ghanéen a bien été la cible d’injures racistes, mais c’est lui qui est sanctionné pour s’être rebellé. Malgré les protestations de nombreux acteurs du football, parmi lesquels le syndicat international des joueurs pros (Fifpro), la commission de discipline de la Serie A avait décidé de maintenir la sanction à l’encontre du joueur, mardi. Sulley Muntari avait alors fait appel auprès de la Cour sportive d’appel de la Fédération italienne (CSA FIGC), qui a accédé à sa requête, «compte tenu de la sensibilité particulière de la question, qui concerne les droits de l’homme avant ceux de l’athlète».

Et la cour d’appel de la Fédération italienne a cette fois fait preuve de bon sens pour mettre fin au « feuilleton » Sulley Muntari (Pescara). Le milieu de terrain ghanéen a vu son appel accepté et le carton rouge qu’il avait reçu contre Cagliari (0-1) annulé. Le Ghanéen, a expliqué s’être senti «traité comme un criminel» quand il a été sanctionné pour avoir quitté la pelouse de Cagliari dimanche après avoir été la cible de cris racistes. «Les derniers jours ont été très durs pour moi. Je me suis senti isolé et en colère», a déclaré Muntari, cité dans un communiqué de la FifPro, le syndicat international des footballeurs professionnels.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com

Commentez cette actualité !