Football Tunisie/ Violences dans les stades : le Club Africain s’adresse au premier ministre

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports




Le Club Africain veut que la Tunisie tourne la page de la violence. Suite à la décision des autorités de faire jouer les matches de championnat à huis-clos (consécutifs aux actes de violences survenus le samedi dernier à Sousse lors du match, de la 4ème journée de la Ligue africaine des champions entre Etoile sportive du sahel Espérance sportive de Tunis), le Club Africain a adressé une lettre ouverte au premier ministre Tunisien Amadi Jebali.

violence tunisieLe CA qui se dit lésé par cette décision plaide dans la lettre pour l’organisation d’une consultation nationale sur le sport tunisien pour éloigner la violence des stades. Dans sa lettre publiée sur son site, le Club Africain qui dit partager avec tous les Tunisiens « le rejet et la condamnation du phénomène de la violence endémique » dans les stades tunisiens, « dont les évènements récents dans la ville de Sousse en a incarné un des cycles répétés qui ne sera pas le premier ni le dernier » souhaite que les autorités ne « soient pas superficiels » dans la prise de décision. Loin d’être fataliste, le Club Africain qui qualifie de «solution la plus facile » celle de faire jouer les matches a huis-clos, invite le premier ministre  « à parrainer une consultation  nationale urgente incluant tous les intervenants dans ce dossier afin de s’accorder et de s’engager à suivre un plan d’action clair et précis dans lequel chaque partie présentera ses propositions ». Au sortir de cette assise, chaque partie impliquée dans le sport tunisien devra observer la nouvelle directive qui devra assurer  « le retour du sport avec le public »

Car outre le fait que, selon la direction du club, le Club Africain  « soit le plus affecté par ces décisions qui privent sa large base populaire d’assister aux matches du club », elles ne présentent pas une bonne image de la Tunisie tant « à l’intérieur qu’à l’étranger » de voir ses matches se dérouler dans des stades vides.

Trouvant que « la solution la plus simple est l’interdiction», le Club Africain soutient que « le plus difficile est de penser à trouver des solutions et de tenter l’expérience avec une audace confiante en soi ».

Cette rencontre de la quatrième journée de la Ligue africaine des champions entre les deux clubs de la capitale à l’origine de la décision des autorités avait été interrompue à la 70ème minute quand l’attaquant camerounais de l’Espérance, Yannick N’djeng inscrivait le second but de son équipe, annihilant l’espoir de son adversaire revenir au score. Il n’en fallait plus pour que les supporters déjà surchauffés par le premier but (des jets de pierre avaient accompagné le but) envahissent le terrain suivi d’un affrontement avec les forces de l’ordre occasionnant 22 blessés dont certains sont toujours dans un état grave.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Articles récents