Afrique Tunisie: La course aux binationaux fait débat

Qualifié pour la prochaine Coupe du monde, la Tunisie ne compte pas se rendre en Russie en victime résignée. Ainsi donc, les dirigeants de la Fédération Tunisienne de Football (FTF) mettent tout en œuvre pour que les Aigles fassent une bonne compétition avec une équipe compétitive. C’est ainsi qu’ils se sont mis à convaincre ces derniers temps les binationaux à rejoindre la sélection de leur pays d’origine, l’idée étant de renforcer l’équipe nationale. Ellyes Skhiri (Montpellier), Mouez Hassen (Châteauroux) puis Saîf-Eddine Khaoui (Troyes), tous de nationalité française, sont les tous derniers à accepter de porter le maillot des Aigles de Carthage. Sauf que cette politique ne plait pas à tout le monde et fait polémique au sein du public sportif tunisien. Ce qui a poussé la Fédération tunisienne a justifié sa stratégie.

« La Fédération tunisienne s’emploie à assurer toutes les conditions du succès en faveur du onze national appelé en juin prochain à négocier la cinquième campagne de Coupe du monde de son histoire. En brassant large, le staff technique espère créer une osmose entre joueurs du cru issus du championnat de Tunisie, et ceux issus de la deuxième génération établis en Europe », peut-on lire sur le site internet de la FTF.

Preuve que les trois joueurs précités ont de fortes chances d’être en Russie à la place d’autres joueurs de la sélection qui ont participé à la qualification de la Tunisie. La fin de la polémique n’est donc pas pour demain.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com