Afrique Ligue des champions : Mohamed Salah tentera d’enterrer son ancien club

Liverpool's Egyptian midfielder Mohamed Salah celebrates scoring their second goal during the English Premier League football match between West Bromwich Albion and Liverpool at The Hawthorns stadium in West Bromwich, central England, on April 21, 2018.
 / AFP PHOTO / Lindsey PARNABY / RESTRICTED TO EDITORIAL USE. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 75 images, no video emulation. No use in betting, games or single club/league/player publications.  /

Il marche sur l’eau et personne ne le sait mieux que la Roma : Mohamed Salah va tenter d’enterrer son ancien club mardi en demi-finale de la Ligue des champions, lui qui connaît une saison record avec Liverpool.

Face à la Roma, ce mardi à Anfield, les Reds ont l’occasion de retrouver la finale de la Ligue des champions, onze ans après la dernière disputée (défaite 1-2 contre l’AC Milan). Treize après leur dernier sacre (également contre l’AC Milan, 3-3, 3-2 t.a.b). Jouable sur le papier. D’autant plus lorsque dans son équipe, on dispose de Salah. L’Egyptien a signé des records hallucinants depuis le début de la saison. Avant ce match face à la Roma, son ancienne équipe, l’international égyptien a ébloui la Premier League et la Ligue des champions depuis l’entame de la saison. Élu joueur de l’année en Angleterre, dimanche, Mohamed Salah éclabousse le football européen de son talent depuis de nombreux mois. Au point d’être devenu, avec Liverpool, l’une des principales attractions des demi-finales de la C1.

Samedi, contre West Bromwich (2-2), le Pharaon a égalé le record du nombre de buts dans une saison de Premier League (à 38 matches) en marquant pour la 31e fois. Mohamed Salah rejoint ainsi les Alan Shearer (1995-1996), Cristiano Ronaldo (2007-2008) et Luis Suarez (2013-2014), eux aussi, à 31 réalisations.

La Roma n’a qu’à bien se tenir, mais elle le sait déjà, puisque c’est justement elle qui a vendu l’Égyptien pour 42 millions d’euros il y a seulement dix mois. Si c’était un transfert record pour Liverpool sur le moment, le montant fait office d’affaire de l’année moins d’une saison plus tard. Depuis, les dirigeants italiens ne cessent de se justifier d’avoir laissé filer leur pépite pour si peu.

Après avoir totalisé 20 buts et 17 passes décisives en deux saisons avec le FC Bâle, Salah est accueilli avec enthousiasme par José Mourinho à Chelsea, en 2014. Au sein du club londonien, le gaucher n’a pourtant que peu d’occasion de confirmer toutes ces promesses et doit se contenter de 19 apparitions en un an et demi. S’en suivent un prêt réussi de six mois à la Fiorentina puis une arrivée à l’AS Rome en guise de (re)naissance définitive. Dans la Capitale italienne, le Pharaon livre les deux premières saisons pleines de sa carrière : un premier exercice à 15 buts et 9 passes décisives toutes compétitions confondues puis un deuxième à 19 réalisations et 15 offrandes. Dans le contenu, le « Messi égyptien » justifie aussi son surnom avec de plus en plus de régularité, notamment grâce à de belles fulgurances dans des affiches européennes. Bref, la machine est lancée. Sa réussite en Angleterre, après une dernière saison romaine de très haut niveau , n’a pas tellement surpris en Italie. Mais son ampleur, oui !

Le Pharaon, qui a conquis Rome, devrait donc recevoir un accueil chaleureux par le Stadio Olimpico, le 2 mai prochain lors de la demi-finale retour entre Liverpool et la Roma. A moins qu’il ne soit le bourreau de la Louve lors du match aller…

Réagissez : http://www.africatopforum.fr 

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com