Afrique CAN 2019 : L’Egypte devrait faire face au défi sécuritaire

Après délibération de la Confédération Africaine de Football (CAF) ce mardi, il a été décidé d’attribuer l’organisation de la CAN 2019 à l’Egypte plutôt qu’à l’Afrique du Sud, qui était également candidate pour accueillir la grande messe du football africain.

Choisi pour accueillir le tournoi africain de football, le pays dispose des infrastructures nécessaires mais est confronté à la menace terroriste et à la violence dans les stades. L’Egypte dispose de 158 jours pour se préparer avant le premier match d’une CAN 2019 qui s’étirera du 15 juin au 13 juillet.

Les pays qualifiés à cette CAN 2019 vont faire face à un défi sécuritaire très improbable.  Le pays des Pharaons  est un bourbier permanent depuis plusieurs années et peine à annihiler les revendications de toutes les formes qui y ont cours. Depuis le 25 janvier 2011, et la première manifestation sur la Place Tahrir au Caire qui a impulsé le début de plusieurs semaines de mobilisations des Égyptiens en vue de la chute du régime, les attentats y sont légion même s’ils sont souvent entrecoupés de périodes paisibles. Si l’Egypte dispose des infrastructures nécessaires, les principaux problèmes auxquels le pays  devra faire face sont d’une autre nature, et le premier concerne bien évidemment la sécurité intérieure.

L’on a noté en fin d’année dernière une résurgence du terrorisme, avec l’attaque d’un bus de touristes vietnamiens par les djihadistes, suivie par des raids entre les assaillants et les policiers. Le pays est depuis plusieurs années la cible d’attentats, le plus souvent revendiqués par l’organisation Etat islamique (EI). Le dernier en date, le 28 décembre, a entraîné la mort de trois touristes vietnamiens et de leur guide local près des pyramides de Gizeh. Il s’agissait de la première attaque visant des touristes depuis juillet 2017. Les autorités devront également se pencher sur la violence récurrente qui s’invite dans les stades du pays lors des compétitions nationales ou internationales.

L’une des contingences auxquelles est également confrontée l’Egypte concerne le climat. Durant les mois de juin et juillet, le pays fait face à des températures caniculaires, qui oscillent entre 35 et 40 degrés. La forte chaleur sera un sérieux handicap pour les joueurs, qui évoluent pour la plupart en Europe, dans des conditions climatiques beaucoup moins clémentes. En dépit de tout, ils devraient s’adapter à cet environnement, afin d’assurer un meilleur spectacle de cette première CAN à 24 équipes.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com