Afrique CAN 2019 / Dupuis: Le secret de la réussite de Madagascar dévoilé

Petit poucet du groupe B de la CAN 2019, Madagascar est sorti premier contre toute attente. Un match nul (2-2 face à la Guinée) et deux victoires (1-0 contre le Burundi et 2-0 devant le Nigéria) est le bilan comptable des Barea dans ce premier tour.

Inconnu sur l’échiquier du football africain, Madagascar a fait une progression fulgurante ces dernières années. Un seul homme est l’artisan de ce succès malgache, le français Nicolas Dupuis.

Arrivé à Madagascar le 10 mars 2017, Nicolas Dupuis a façonné les Barea. En moins de 3 ans, la sélection se qualifie pour la première CAN de son historique et marque déjà les esprits. Dans une interview à RMC, il est revenu sur ses débuts et sur le travail fait en amont.

« Utiliser les joueurs binationaux venus d’Europe, avant ça se faisait très peu. Quand je suis arrivé il y a trois ans le président m’a dit : pourquoi on n’arrive pas à gagner? Je lui ai répondu: parce qu’on ne fait pas jouer les meilleurs, et je suis persuadé qu’il y a dans le monde des Malgaches meilleurs que ça » a-t-il déclaré.

« On avait jusqu’alors un quota de 4-5 joueurs expatriés, et le reste, c’était des joueurs locaux, sauf qu’il n’y a pas de championnat professionnel à Madagascar… La première année, on s’est concentré sur le fait de chercher. C’est pour ça que des Thomas Fontaine, Jérôme Mombris, Romain Métanire, ou dernièrement Jérémy Morel sont arrivés. On a pu monter une équipe compétitive. L’obligation est d’avoir des ancêtres malgaches, grands-parents ou parents… » a-t-il ajouté.

Après avoir détecté les meilleurs malgaches sur la planète, Nicolas Dupuis dévoile sa méthode de travail qu’il les a inculqué: « Le football malgache est un football léché, un football de possession. J’ai des joueurs techniques, qui peuvent garder le ballon, et on est parti de ça. Après, ce que nous on a pu rajouter à l’équipe, c’est la rigueur européenne sur les blocs défensifs, sur les blocs médians. Aujourd’hui c’est un mélange des deux« .

Malgré cet exploit retentissant en poule, le sélectionneur Malgache reste modeste.

« J’avais dit en plaisantant qu’on visait la finale. Mais c’était une boutade, vraiment. Je crois que notre force, c’est qu’on sait qu’on est le Petit Poucet, on sait d’où on vient, moi le premier et les joueurs aussi. C’est cette humilité et cette simplicité, qui font qu’on avance avec beaucoup de sérénité, très peu de stress. Mais on essaie de ne pas confondre décontraction et déconcentration, on est toujours au travail. Il faut qu’on reste comme ça. On sera probablement outsider en huitième, mais ça nous va très bien » a-t-il conclu.

Publié par John ATTISSO pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com

Un commentaire

  1. Tout est dit coach, merci à vous
    ALEFA BAREEEEEEEAAAA

Comments are closed.