Afrique CAN 2019-Algérie : tel le départ de Bouteflika, tel le sacre à la CAN ?

Entre la chute du régime Bouteflika et la Coupe d’Afrique des Nations, il n’y a qu’un trait d’union. Après avoir chassé l’ancien président du pouvoir et provoqué par la suite les départs successifs de l’ex-président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, ou encore de Mouad Bouchareb, ex-président de l’Assemblée populaire nationale, le peuple veut désormais la Coupe d’Afrique. Une illusion? En tout cas, la nouvelle ère laisse présager une continuité de victoires populaires en Algérie.

La dernière victoire en finale de l’Algérie à la CAN, remonte à 1990. Le pays s’apprête donc à vivre des moments intenses, vendredi 19 juillet lors de la finale qu »il disputera contre le Sénégal.

Eh oui, 29 ans après, le soutien à l’équipe nationale est fortement imprégné de la mobilisation populaire qui a obtenu le départ du président Bouteflika et réclame la fin du « système ».

Comme lors des matchs du championnat national, souligne Jeune Afrique, le stade redevient une agora avec des blocs de jeunes supporteurs qui entonnent « La Casa del Mouradia », et les slogans entendus lors des marches hebdomadaires qui ont précédé la démission de Bouteflika.

Après le slogan « Echaab Yourid Isqat nidham » (le peuple veut la chute du régime), on entend désormais « Echaab Yourid la Coupe d’Afrique » (le peuple veut la Coupe d’Afrique).

En plus des 3 000 supporteurs qui sont déjà en Égypte, informe la même source, les autorités algériennes ont programmé 28 vols, dont neuf assurés par des avions militaires, qui partiront de plusieurs villes du nord et du sud du pays vers Le Caire avec à leur bord 4 800 supporteurs supplémentaires.

Des mesures jugées « démagogiques » et « populistes » par une partie de la population. D’autant plus qu’elles rappellent des pratiques héritées de l’ère Bouteflika.

Un défi majeur demeure. A en croire certains observateurs de la scène politique algérienne, le gouvernement a l’obligation de tout mettre en œuvre afin de permettra aux Fennecs de décrocher le titre de champions d’Afrique à l’issue de la finale du 19 juillet.

Ceci permettra d’éviter le chaos et de refermer définitivement les pages sombres qui ont entaché l’histoire sociopolitique de l’Algérie.

Kamèla Blaiz

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com

3 Commentaires

  1. Quel Chaos? Quelles pages sombres? Voilà un article qui commence bien et avec objectivité et qui finit en queue de poisson. Madame la journaliste votre conclusion est hative et mal argumentée. Dommage. L’Algérie est un jeune pays ( du tiers monde ) qui cherche sa voie avec ses propres moyens. Il finira par rejoindre le Ghotta des pays qui ont fini par se libérer de toutes les entraves. Coloniales, économiques, démocratique, etc. République démocratique populaire et sociale telle que voulues par les pères fondateurs.

  2. APUEE DE SALDAE

    Un article navet stéréotypé en retard de 5 mois-lumieres de l’Algérie d’aujourd’hui. Croire qu’une victoire de l’EN va mettre sous éteignoir le Mouvement Populaire qui est à son 5 mois, c’est faire preuve d’une ignorance historique de ce peuple . Cher monsieur le journaliste sportif rester dans votre créneau , laissez la politique aux autres. Je vais éclairer votre lanterne : Victoire ou défaite , le peuple poursuivra son combat pacifique .Un combat qui a ébahi le monde.

  3. Drôle de commentaire.d un soit disant journaliste peu informé du journalisme hautement sérieux, croit pouvoir briller dans un domaine sérieux réservé à ses pères.vs devriez rester terre a terre ,ou plutôt gazon a gazon juste au niveau du ballon.et surtout ne cherchez pas à relever la nuque c est du sérieux plus haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.