Angleterre Blondy Nna Noukeu: Un crack dans les goals de Stoke City

Le Camerounais de 18 ans a signé son premier contrat professionnel avec ce club de Championship anglaise le 9 juillet 2019 ; formé  au Royal Excel Mouscron en Belgique où il a passé 11 années, il entre dans la cour des grands.

Blondy Nna Noukeu, 18 ans, est un enfant atypique. Il a passé sa vie à être surclassé. Ascension fulgurante. Le gardien de but camerounais, arrivé à l’Excel Mouscron en Belgique à 7 ans, a signé un contrat de trois ans avec Stoke City, le club anglais qui évoluera en Championship cette saison.  L’ex 3e gardien de but de l’Excel Mouscron (première division belge 2018-2019) est un géant (195 cm, 88 kg), pas aux pieds d’argile. En Angleterre, ses débuts se feront d’abord avec le noyau des U23 de Stoke City dont l’ambition est de remonter en Premier League. Blondy Nna a été surclassé plusieurs fois de sources familiales. Il est passé des U17 aux U 21 et la même année (2018) à l’équipe première professionnelle de Mouscron avec qui il n’était pas sous contrat lors de la signature à Stoke City.

Né à Douala le 31 mai 2001 d’une mère handballeuse (Esther Rose Endengle Mvaebeme) et d’un père footballeur (Patrice Noukeu), Blondy Nna Noukeu n’est pas arrivé dans les goals par hasard. Il était prédestiné à y jouer.  « Il a été vite repéré comme gardien, sans forcer, par ses prises de balles », raconte, toute excitée, sa mère. En plus, avec des oncles maternels autrefois gardien de but, Blondy Nna Noukeu s’inscrit à l’ordre des génétiquement constitués. En 2005, ses parents s’installent en Belgique lorsque son père signe son contrat à l’Excelsior de Mouscron. Blondy Nna Noukeu n’a que 3 ans. Le Crack attendra d’avoir sept ans pour intégrer l’Académie Excelsior de Mouscron.  A 10 ans, il intègre l’Ecole Spécifique de Gardiens de but, la Beyglant Keepers School de Christophe Meulebrouck, qui souhaite être une référence dans le domaine. La formation est continue et spécifique. A côté, il y a l’école et cet événement pouvant  chambouler sa vie : la séparation de ses parents.

Blondy Nna Noukeu ne se laissera pas briser. Au contraire, il bosse sur son mental… Sa mère, une vraie Lionne, ne veut pas voir ses fils souffrir de cette rupture. Elle s’investira à 100% dans l’encadrement de ses petits jouant le rôle de « mère-père », devenant pratiquement omniprésente dans la vie de ses trois garçons. Conduire à l’école, nourrir, rattraper les cours perdus, faire le relai entre le club, l’école, la maison. En face, Blondy Nna Noukeu va très vite grandir et davantage, prendre son rôle d’aîné au sérieux. Il a dû apprendre à être très vite chef de famille, en l’absence d’un père avec qui il n’a plus au contact aujourd’hui. « C’est un petit papa pour ses petits frères. Posé, organisé, rigoureux, il prend sa place d’ainé avec beaucoup de sérieux mais reste humble », conte sa handballeuse de maman. En dernière année de collège au moment de sa signature, Blondy Nna a  évolué dans le système sport-études.

En dernière année de lycée, le solide gardien de but a, d’après des informations, « le profil de l’emploi ». Il s’impose en dehors et sur le terrain grâce à ce physique de viking. Il a aussi cette puissance, cette détente, qui fait que les adversaires auront toujours une certaine appréhension, ce qui ne peut que lui être profitable.  Chez Christophe Meulebrouck, il a été moulé dans le travail spécifique assidu. Des revues belges disent aussi de lui qu’il est explosif, rapide. Il suffit de se référer à une  vidéo de quelques secondes d’entraînement à Stocke City pour confirmer cette détente dans les plongeons, son explosivité à travers des mouvements vifs, rapides, Blondy Nna Noukeu essaie de singer Thomas Nkono dont il s’inspire et pourquoi pas, être meilleur que cette icône. Ses cadets Bolivar (8 ans) et Pierre (13 ans) l’ont suivi dans la formation à ce poste.  Le Cameroun, terre de gardiens de but avec Thomas Nkono, Joseph Antoine Bell, Alioum Boukar, Idriss Carlos Kameni et les plus récents  André Onana et Fabrice Ondoa. Blondy Nna Noukeu veut poursuivre la tradition. Et sa mère, souhaite le voir «  aller le plus haut possible, sans oublier qui il est ». Un gardien de but à suivre donc dès à présent.

Collaboration d’Angèle BEPEDE

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com