Afrique Alors qu’il a dit oui au Maroc, Selim Amallah hésite toujours

Alors qu’il a récemment dit oui aux Lions de l’Atlas du Maroc, Selim Amallah pourrait faire volte-face et rejoindre les Diables rouge de la Belgique.

Amallah a apprécié son bref passage avec les Lions de l’Atlas

Salim Amallah a officiellement dit oui à la sélection marocaine. Convoqué pour la première fois par Vahid Halilhodžić, le milieu offensif de 22 ans n’a pas pu répondre présent pour le match contre la Libye à Oujda (1-1), car il souffrait d’une légère commotion cérébrale depuis un choc en fin de match contre Anvers, dans le cadre du championnat belge, mais a rejoint le groupe lors de la seconde partie à Tanger. L’ancien joueur de l’Association Football Clubs Tubize n’a pas joué, une entrée n’aurait de toute façon pas changé la donne : seul un match officiel aurait officialisé son choix de sélection.

« J’ai bien été intégré, beaucoup de joueurs m’ont directement soutenu. C’est une fierté de représenter ses origines. S’il n’y a encore rien d’officiel, c’est une nouvelle expérience dans ma carrière. La suite? Je ne me pose pas la question pour l’instant. Quand on me contactera pour un match officiel, je prendrai une décision. Peut-être qu’une réflexion interviendra, mais j’ai vu comment cela s’est passé au Maroc, j’ai pu me faire un avis », a confié le joueur dans des propos relayés par walfoot.

Révélé au Royal Excel Mouscron, Selim Amallah a pris petit à petit ses marques au sein du Standard de Liège. Les prestations du joueur n’ont pas échappé au coach des Lions de l’Atlas, Vahid Halillodzic.

« Le coach Vahid m’a expliqué qu’il m’avait visionné via des vidéos, et que si j’étais là, c’était pour une bonne raison. Et suite à mon forfait dans un premier temps, ils m’ont appelé plusieurs fois pour prendre de mes nouvelles et savoir comment cela évoluait. J’étais content, après je n’ai pu m’entraîneur que trois fois avec eux, dont un décrassage. »

Dans mon coeur, le Maroc est plus proche

L’équipe nationale belge est plus prestigieuse, les trajets sont évidemment plus courts, mais le choix d’une équipe nationale est plus important que cela. « Dans mon cœur, j’ai toujours dit que le Maroc est plus proche. J’ai plus grandi dans cette culture, avec mes origines. Pour les Diables, tout est possible, mais je ne veux vraiment pas me prendre la tête. Je dois faire un choix sportif et privé. Mehdi Carcela, qui m’a aidé dans mon intégration, me parle beaucoup et j’écoute son avis sur la question. »

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com