Foot Afrique Cameroun, Amiens, Coronavirus, avenir : Aurélien Chedjou à coeur ouvert

En fin de semaine dernière, Aurélien Chedjou s’est plié au jeu des questions-réponses de plusieurs journalistes dans le forum Afrique Football Media. De ses débuts à Amiens en passant par les Lions indomptables, le défenseur dit tout.

Comment vit-il le confinement ?

Mes journées sont fades. Je me réveille vers 11h-12h. Puis je regarde mon téléphone pour regarde le programme d’entrainement. Puis j’essaye de courir un peu. Puis j’appelle le Cameroun pour prendre des nouvelles de la famille et des amis.

Le Cameroun comme l’Allemagne ?

C’est très flatteur d’être comparé à l’Allemagne. C’est un héritage. Nos grands frères (Milla, Kunde, etc) jouaient sur leur physique avant tout. ça veut dire que physiquement il faut épuiser l’adversaire avant de faire valoir ses qualités techniques. Quand on va jouer un match, c’est une histoire d’hommes. Quand on arrivait dans certains pays africains, on voyait déjà du respect chez les adversaires et on pouvait en jouer aussi. Et cela se transforme en crainte. C’est un héritage et j’espère ca va perdurer.

Son onze africain

Enyeama- Njitap, Rigobert Song, Mark Fish, Pierre Wome – Marc-Vivien Foe, Essien, Patrick Mboma, Jay-Jay Okocha – George Weah, Didier Drogba. C’est un exercice difficile parce qu’il y a tellement eu de talents africains dans le monde. Sortir un onze est compliqué. A part ceux là, y Eto’o, Abedi Pelé, Amunike, etc.

La polémique avec les scientifiques

Je suis aussi choqué. Chacun s’exprime comme il veut. Je comprends la rage des personnes qui ont été choqué par ces propos. On ne peut pas laisser ça passer. Je salue les interventions de Drogba, Eto’o, y a Olivier Dacourt, Ousmane Dabo aussi. Ce sont des termes racistes. Pour moi, ces propos méritent d’être condamnés.

Sa relation avec Gervinho

C’est l’un de mes frères ivoiriens. Jusqu’à aujourd’hui, on s’échange toujours. C’est un frère. C’est un joueur qui fait des choses à l’instinct. C’est le genre de joueurs capables de dribler toute une équipe dans une cabine téléphonique. Malgré les années, il a toujours cette capacité d’anticipation et il fait la différence.

La brouille avec Jean Paul Akono en 2013

Il m’avait annoncé blessé alors que je l’étais pas. Je ne vais jamais à l’encontre des choix d’un entraineur. Mais quand il justife ma non présence dans la liste avec une blessure, c’est cela qui m’a frustré. Et je l’avais bien exprimé. Il avait le droit de prendre qui il voulait.

Ses partenaires africains à Amiens

Il y a de très bons joueurs ici. Notamment Sehrou Guirassy qui nous fait beaucoup de bien. Avec sa taille, il nous fait du bien. Un bon buteur. Il y a aussi Fousseni Diabaté et Opoku qui est arrivé en hiver. Il y a de très bons talents ici.

Son avenir

Le 20 juin 2020, j’aurai 35 ans. Alors j’ai toujours dit tant que je me sentirai bien je donnerai tout sur un terrain. Donc j’espère en tout cas faire 2-3 ans encore dans le football.