Afrique Egypte : De nouveaux impôts sur les mouvements de joueurs

Une innovation en Egypte. Désormais, l’Etat sera plus regardant dans le football et surtout au niveau des transactions de joueurs. Pour augmenter les recettes fiscales du pays, les autorités égyptiennes ont imposé de nouvelles taxes sur les transferts.

Toute opération de transfert que ça soit définitif, un prêt, une prolongation de contrat d’un joueur ou d’un entraineur égyptien ou pas devra respectée les nouvelles donnes de fiscalités du pays. Les pourcentages que va percevoir l’Etat égyptien a été publié.

Le football en général génère énormément d’argent. Celui égyptien n’est pas du reste avec les grands clubs (Zamalek, Al Ahly…) qui font de gros investissements sur les joueurs. Pour renflouer ses caisses, l’Etat a pensé à ce secteur.

Voici les nouvelles impositions sur les mouvements de joueurs :

– 3% pour tout contrat de moins d’un million de livres
– 4,5% pour tout contrat d’un à deux millions de livres (de 54731 euros à 109476 euros)
– 7,5% pour tout contrat de trois à cinq millions de livres (de 164215 euros à 273691 euros)
– 9% pour tout contrat de cinq à dix millions de livres (de 273691 euros à 547387 euros)
– 10% pour tout contrat de plus de dix millions de livres.

Publié par John ATTISSO pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com