Ligue 2 René Girard (Paris FC) : « On ne peut pas dire qu’il n’y a pas de bonne volonté »



Tout juste après le match nul 1-1 contre Ajaccio, René Girard s’est exprimé en conférence de presse. Le coach tarit d’une grande expérience de haut niveau, en étant passé par Lille, Montpellier ou encore Nantes – sans oublier le Wydad Casablanca (Maroc) – mais il a du mal à expliquer le résultat de ce soir, alors que son équipe était sûrement favorite de la rencontre.

Un point qui vous soulage et qui montre que vos joueurs n’ont pas abandonné et que ces dernières minutes vous ont fait du bien ?

Oui je dirais qu’il y a une mi-temps pour chacun, on a été un peu, je dirais pas inexistants, mais on a fait une première mi-temps très pauvre sur le plan technique, on n’a pas enchainé grands choses, on n’a pas proposé grands choses. A l’arrivée on est encore menés, on court encore après le résultat. C’est quelque chose qui nous gêne un petit peu cette année, souvent on court après le résultat. Un bon point, mais ce n’est pas suffisant.

Accrochés jusqu’à la fin et vous arrivez tout de même à vous en sortir finalement ?

Oui oui on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de bonne volonté, mais il faut qu’elle soit canalisée et à bon escient, ça manque de précision et techniquement il y a trop de déchets. On pousse et ça prouve que les garçons y croient toujours et ne lâchent rien, mais c’est un peu chiant de [devoir courir après le score], ça fait quelques matches où ça nous arrive, on est toujours à courir après le score et c’est un petit peu fatiguant.

Manque de confiance devant le but ?

Oui c’est un petit peu là-dessus qu’on se base, qu’ils aillent au bout de leurs idées, ils se créent des choses, ils se créent des occasions et ça ne va pas au bout.

C’est une période compliquée et il faut faire avec, il faut attendre que ça tourne un petit peu [en notre faveur].

Des jours meilleurs avec le retour des joueurs blessées notamment ?

Oui les blessés [leurs absences nous pénalisent] et je pense qu’on en a encore perdu un ce soir, parce qu’il a surement une fracture à la main (Youssoupha Ndiaye, ndlr), donc ça me fait un de plus.

 

Propos recueillis par Dounia Mesli au Stade Charlety




Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *