Ligue 2 Saïd Arab (Paris FC) : « Les stratégies dans le football ne sont pas toujours faciles à respecter »



A seulement 20 ans, Saïd Arab a déjà tout d’un grand. Désireux d’apprendre et de parfaire son jeu, le jeune franco-algérien savoure cette saison, son premier exercice en Ligue 2. Face à l’AC Ajaccio, pour le compte de la 19e journée, le Parisien a sauvé son équipe d’une défaite, en ayant inscrit le but de l’égalisation à la 90e minute (1-1). Sa réaction pour Africa Top Sports.
 
Vous êtes passés à côté de votre match jusqu’à la 60e minute du match environ, avant de vous ressaisir suite aux changements et notamment avec l’entrée de Florian Martin (86e minute, ndlr). Comment vous expliquez ce match ?
Je dirais que ce début de match a été très très compliqué, de voir mes coéquipiers sur le terrain (Saïd Arab est entré à la 76e minute, ndlr) qui ont eu beaucoup de difficulté [à se défaire de l’AC Ajaccio], ça m’a fait du mal aussi. Mais on est une équipe et aujourd’hui on se bat pour la même chose.
A l’heure de jeu, on a eu un coup de boost, car le coach à la mi-temps nous a beaucoup parlé et ce qui nous a permis surtout aux entrants d’avoir une motivation beaucoup plus forte et je pense qu’aujourd’hui les entrants ont fait beaucoup de bien à l’équipe, notamment Flo Martin, qui rentre et qui est dans l’action du but. Après c’est toute l’équipe qui s’est battue ensemble jusqu’à la dernière minute.
 
“On n’a pas lâché, jusqu’à
la dernière minute”
On a vu beaucoup d’hésitation pour frapper au but. Qu’est-ce qui explique cela ? Est-ce que le coach vous a dit justement de changer cela en seconde mi-temps, de plus tenter ?
Le coach nous a fait comprendre qu’on devait être beaucoup plus dangereux. On avait tendance à faire la passe de trop ou de ne pas aller provoquer à des moments où il le fallait, car plus d’une fois on a hésité devant le but, on a raté la balle de trop, le coach nous a dit qu’on devait gommer ça et tenter. Le foot si on ne tente pas, malheureusement on ne peut pas marquer.
En seconde mi-temps, c’était totalement un autre discours entre les joueurs, c’était tenter, tenter, tenter et ça va rentrer. Au bout d’un moment quoi qui se passe, ça devait rentrer. On n’a pas lâché, jusqu’à la dernière minute, et la preuve de notre persévérance est qu’à la 90e minute de la rencontre, ça finit au fond.
Après je pense que ce match nul va nous faire beaucoup de bien, surtout au mental, parce que ces derniers temps ce n’était pas évident. Ca va nous montrer que le championnat de Ligue 2 ce n’est pas facile, qu’il va falloir se battre jusqu’au bout et aujourd’hui il n’y a rien de fait.
“C’est à nous de prouver sur le terrain,
qui est le meilleur et qui gagnera.”
Vous sembliez pourtant favori, au vu de votre position au classement notamment et à domicile, l’AC Ajaccio vous a surpris au final ?
C’est vrai [on était favori pour certains]. Mais je dirais que dans le championnat de Ligue 2 il n’y a pas vraiment de favori. Il peut y avoir la dernière équipe qui bat une équipe de milieu de tableau, la première qui va perdre contre plus faible etc C’est un championnat vraiment homogène. Aujourd’hui dans nos têtes à nous, c’est toujours 50/50 un match. C’est à nous de prouver sur le terrain, qui est le meilleur et qui gagnera.
“Les stratégies dans le football ne sont
pas toujours faciles à respecter”
On a vu beaucoup de difficulté aussi dans les transmissions de ballon pour casser les lignes, est-ce que le coach vous a demandé d’être plus vigilant aussi sur cet aspect, d’être plus cohérent dans votre animation offensive ?
On a eu pas mal de consignes au niveau de l’animation offensive. Mais les stratégies dans le football ne sont pas toujours faciles à respecter [mettre en pratique sur le terrain], il y a eu des petites failles, et Ajaccio ont été bons sur ce point, au niveau du milieu de terrain, ils ont beaucoup joué au ballon, chose qu’on n’a pas su faire.
Après au niveau de l’impact on les a un petit peu bousculé, on les a fait énormément douté en deuxième mi-temps et c’est ce qui nous a permis d’inscrire le but.
Est-ce que selon vous, il y a eu un manque de visibilité du jeu, qui explique aussi le score aujourd’hui et le fait d’avoir été mené ?
Je ne dirais pas un manque de visibilité, je dirais plus un manque de communication. Je pense qu’on aurait du beaucoup plus se parler, se donner les informations. Après ce sont des choses qui arrivent et je pense que ce résultat va nous faire du bien, pour bien entamer le prochain match (contre Valenciennes, à l’extérieur, ndlr).
Est-ce que la montée [en Ligue 1] est encore dans la tête ?
Franchement, ce n’est pas la première chose à laquelle on pense, c’est plutôt l’objectif de performer en équipe, de pouvoir grandir.
Aujourd’hui on est une équipe avec beaucoup de joueurs qui viennent de National, notamment moi (Saïd Arab est arrivé en juin 2020 en provenance du Red Star FC), on est entrain d’apprendre.
Vous dire que la montée en Ligue 1 c’est le but, je ne peux pas, mais c’est sûr que dans la tête ça serait quelque chose de beau. Pour l’instant on va garder la tête sur les épaules, et se préparer au prochain match.
Propos recueillis par Dounia Mesli au Stade Charlety



Articles récents