Ligue 1 Jonathan Clauss (RC LENS) : « On n’est pas si outsider que ça »



Menés 2-0 à la pause, Jonathan Clauss et son équipe du RC Lens n’ont jamais lâché l’affaire face à l’Olympique de Marseille. Le promu a force de persévérance à réussi à arracher le point du match nul en deuxième période, et aurait même pu s’offrir la victoire !

 

Journaliste – Sur son sentiment à l’issue de la rencontre

Le sentiment c’est a la fois frustré quand on voit le nombre d’occasions qu’on a eu, qu’on s’est créées, on aurait pu aggraver le score, mais une grosse satisfaction sur l’état d’esprit incroyable. Avoir une force de caractère après avoir été mené 2-0, qui n’était pas mérité, c’est une bonne chose. On prend du plaisir et on est arrivés à revenir.

Journaliste – Le sentiment après le 2-0 à la pause
C’était une grosse frustration qui s’est transformé en une grosse envie de rétablir la vérité, et on est revenu avec de grosses intentions en deuxième mi-temps surtout quand on revient à 2-1.

Journaliste – Frustré de ne pas avoir mis le troisième ?
Oui c’est ça, on est frustrés de ne pas prendre 3 points, quand on est menés 2-0 à la mi-temps et qu’on revient à 2-2.

Journaliste – Sur la prestation des Marseillais
(sourireà J’ai pas l’habitude de parler des autres équipes, je les ai trouvés tactiquement plutôt pas mal, il avait un gros pressing, en deuxième mi-temps on a changé de système et je pense que ça les a déstabilisés parce qu’on a été mieux.

Journaliste – Ca prouve aussi une force de caractère de s’adapter sur une nouveau schéma en plein match ?
On ne l’a pas forcément travaillé à l’entrainement et puis on voit que chacun est assez intelligent pour s’adapter très vite et remplir le rôle qu’on lui demande.

Journaliste – Sur sa prestation personnellement
Oui après dans ce système en 4-4-2 le fait que Marseille soit bas aussi, ça permettait à nos milieux de terrain d’être un peu plus bas et nous plus haut en tant que latéral.

Journaliste – vous n’étiez pas « armés » pour jouer le haut de tableau, ça vous surprend d’être à ce niveau, avec le maintien acquis ?
Forcément moi ça me surprend parce que je n’étais pas là l’année dernière, donc je découvre un groupe et les qualités de chacun. Mais plus les semaines avancent et je m’habitue qu’on n’est pas si outsider que ça et je découvre qu’on a d’énormes qualités et notre place n’est pas imméritée.

Journaliste – Jusqu’où vous vous allez ?
Si vous me demandez maintenant à moi, en Ligue des Champions.

On est ambitieux je ne sais pas [jusqu’où on peut aller] mais on sait d’où on vient. Le premier objectif [du maintien] il est rempli, mais le but c’est d’aller chercher plus en étant plus exigent, et travailler plus, parce que pour être dans le groupe de tête il faut augmenter le niveau; ça va être un très beau challenge pour la seconde partie de saison.

Journaliste – Est-ce que physiquement c’est l’une de tes meilleures saisons ?
Oui physiquement [c’est sûr]. Déjà l’année dernière je me trouvais vraiment bon, et la question qui était en arrivant ici, c’était est-ce que je pourrais maintenir ce niveau-là ou l’augmenter. Je sais que je vais être mort en fin de match, mais je suis content de savoir que je pourrais courir encore plus et encore plus. Il va falloir que je canalise aussi et que je choisisse les moments où attaquer.

 

 


Articles récents